« D’apparence musulmane »


 

« D’apparence musulmane », c’est de cette manière que Sarkozy a choisi de désigner les deux militaires français d’origine maghrébine qui ont été tués par Mohamed Merah. Cette « apparence musulmane », les représentants de l’État la délimitent et la construisent jour après jour et de toutes leurs forces depuis le début de la campagne électorale : le « musulman apparaît » en ce qu’il relève d’une « civilisation » qui « va(ut) » moins que les autres (Guéant) ; on savait suspects la couleur sombre de la peau, le port du voile ou de la barbe, le fait de vivre en « communauté » dans certains quartiers, d ’y prier dans la rue, et on a appris ces derniers temps grâce à un dernier effort de biométrie de comptoir que le « musulman apparaît » en ce qu’il mange la viande de certains animaux tués selon des « traditions qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’état aujourd’hui de la science, l’état de la technologie, les problèmes de santé » (Fillon).
Des années d’efforts et les prouesses de ces derniers temps ont fini par payer : après avoir tant déliré, l’État impose le silence au moment où un jeune français d’origine algérienne habitant d’un quartier populaire toulousain a tué de sang-froid 4 hommes et 3 enfants. Silence sur ce qui a conduit ce jeune homme à agir ainsi, silence sur les rapports qu’ il entretenait avec la police et sur la manière dont le raid a conduit l’opération et, plus généralement, silence sur les discriminations systémiques subies par les arabes et les noirs, habitants des quartiers populaires depuis des décennies (rappelons juste que les brutalisés, les mutilés et les morts par la police ce sont très majoritairement eux, comme nous le vérifions tous les mois depuis 10 ans dans les pages du bulletin de RE), silence, enfin, sur les politiques impérialistes des États occidentaux ( Afghanistan, Irak, Afrique…) et leur soutien à l’État d’Israël. « Je n’expliquerai rien, je n’excuserai rien » vocifère Sarkozy. Et, tout le monde se tait tant la terreur est grande : partis politiques de droite comme de gauche, associations anti-racistes et de défense des droits de l’homme jouent le jeu du silence.
Alors, contre tous ceux qui se taisent, disons : celui qui n’explique pas, ne comprend pas et celui qui ne comprend rien est prêt à être terrorisé. Refuser le silence, c’est refuser le climat de terreur voulu par l’État et dont on ne peut attendre que le pire.

 

Source: Résistons Ensemble contre les violences policières (bulletin n° 107, Avril 2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s