La mort est dans le pré

Ils sont là, tous les quatre, les larmes aux yeux. Ils viennent de découvrir en avant-première à l’auditorium de la mairie de Paris le documentaire de 52 minutes auquel ils ont participé (1). Leurs témoignages sont ceux de paysans ordinaires, qui ont fait confiance et utilisé ces pesticides mortifères qui les ont rendu malades ou les ont tués. Elle, la femme d’un qui n’est plus là pour témoigner, décédé d’un cancer. Lui, le père d’un autre, vigneron dans la région de Cognac, mort lui-aussi en décembre dernier d’un cancer. Lui, le Picard qui se déplace en fauteuil roulant, rescapé estropié d’un myélome malin. Ainsi que cet agriculteur empoisonné par un désherbant du maïs qui vient de remporter un procès contre Monsanto après six ans de procédure. Après ce congrès « Pesticides et santé », piloté par Générations Futures (2) dans l’enceinte du Sénat les 23 et 24 mars, personne ne pourra dire « on ne savait pas », parce qu’on sait !

On sait que les accidents ponctuels sont graves pour la santé des utilisateurs, tête de mort et sigles indiquant le degré de toxicité sur les bidons sont là pour nous alerter. Nous sommes censés porter masque avec cartouche, gants et combinaison de protection et ne pas traiter par vent supérieur à 20 km/h, les ordonnances d’accompagnement des vendeurs indiquent même les délais pendant lesquels il ne faut pas entrer dans les parcelles traitées… Seulement voilà, l’exposition aux pesticides n’a pas besoin d’être massive. Répétée même à de faibles doses, elle est aussi dangereuse. Les chercheurs et le milieu médical présents à ce congrès sont formels : le nombre de cas de malades des perturbateurs endocriniens augmente à une vitesse vertigineuse en milieu rural. Ils font des ravages chez les enfants atteints pendant la grossesse, les chiffres sont là, têtus, contredisant les communications rassurantes de l’UIPP (3) ou de la MSA qui persiste à mettre en avant l’espérance de vie supérieure des paysans. Un scandale sanitaire est en gestation, il risque de faire mal, très mal.

Thierry Thomas,
paysan dans les Côtes-d’Armor

(1) Le documentaire « La mort est dans le pré » a été diffusé sur France 2 le 17 avril à 22h30.
(2) Génération Futures, ancien Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) – http://www.mdrgf.org – Il est le principal animateur de la « semaine pour les alternatives aux pesticides » tenue cette année du 20 au 30 mars : http://www.semaine-sans-pesticides.fr
(3) Union des industries de la protection des plantes, lobby des fabricants de pesticides.
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s