Besançon: Billet sur l’action des familles à la rue

Ce vendredi 27 septembre, rendez-vous était donné à 14H au square Bouchot (quartier Battant) à l’appel des familles qui dorment dans des tentes au parc des Glacis et du collectif à la rue.

1380283757485

Une cinquantaine de personnes, dont de nombreux enfants en bas âge, vivent actuellement dans des conditions plus que déplorables.

Leur crime? être pauvre! être Roms! Voilà en partie pourquoi ces familles vivent dans le parc des Glacis, dans des tentes (22 au total) fournies par la solidarité locale des habitant.e.s et militant.e.s de Besançon et dans des abris de fortunes faits de bâches en plastique.

Est-ce une condition digne pour un être humain de vivre de cette manière? Sans eau, sans installations sanitaires, sans électricité:

20130927_14131020130927_141330-0-

Vers 14H30-15H : Un cortège d’une centaine de personnes, composé des familles à la rue, de militant.e.s, d’habitant.e.s, venu.e.s  en solidarité de ces personnes, s’élance dans la rue Battant en direction des locaux du S.A.A.S (Service Accueil Accompagnement Social) de la ville de Besançon situés au 10 rue Champrond.

envahissement saasTrès rapidement, les locaux sont envahis, les personnes à l’accueil sont interloquées. Une personne traduit ce que les familles demandent.

Une petite vidéo a été faite par mes soins, dans un souci de protéger l’intégrité de plusieurs manfestant.e.s (mais aussi des deux employés à l’accueil qui pour le coup n’y sont pour rien) j’ai appliqué un filtre de manière à ce qu’on ne reconnaisse personne sur la vidéo.

On peut néanmoins entendre sa déclaration et distinguer ce qui se passe:

Au bout d’un moment, face à l’obstination des familles à rester sur place, quitte à y dormir (ils/elles n’ont plus rien à perdre) et le silence de la part de la mairie,  la tension monte d’un cran entre quelques personnes qui décident de s’enfermer à l’intérieur du SAAS et les agents de ce service. Au bout d’un moment de dialogue, la situation s’apaise et le SAAS est à nouveau ouvert mais les familles sont bien déterminées à rester sur place.

La police arrive sur place (mais reste en retrait tout le long):

1380287216907Au bout d’un bon moment, une personne vient nous annoncer que le maire va venir au SAAS. France 3 arrive, il y avait déjà France Bleu sur place et un ancien journaliste de radio BIP (qui anime toujours après discussion avec @alex___Noriega « purée est dans le coma pour le moment » la géniale émission « Purée » fréquence 96.9 FM) et plusieur.e.s blogueu-rs-ses.

Finalement ce n’est pas le maire mais un adjoint qui se pointe, pour… pisser dans un violon et remettre la faute sur la préfecture. (comme depuis un moment déjà. Ils jouent au ping-pong)

Du coup, l’ensemble des familles à la rue discutent de s’ils vont à la préfecture, si tout le monde y va… etc…etc…

Enfin, la décision est prise (n’étant pas dupes) qu’une partie resterait au S.A.A.S et qu’une autre irait en délégation à la préfecture. Seulement, une fois arrivé.e.s sur place, le préfet se met à faire du chantage aux manifestant.e.s (comme un gosse capricieux), leur disant qu’il refuse de les recevoir tant que les locaux du service social sont occupés.

Pendant ce temps là au SAAS, plusieurs militantes ont une discussion avec des responsables du service. L’un d’eux, directeur du SAAS, un nouveau, est « un petit roquet aux dents tellement longues qu’elles en rayent le parquet[1]« . On se demande comment il a pu se retrouver à bosser dans le social celui-ci. Sans déconner, on aurait dit un manager de chez Mc Donald’s ou Domino’s Pizza tant ce type était horrible.

Il était dans une rhétorique digne des meilleurs laquais qui se font les relais du pouvoir. Osant même incriminer les seul.e.s personnes qui viennent en aide à ces familles, en insinuant que c’est « notre faute » si ils sont dans cette situation, que « notre action nuit aux droits de ces familles »… Bla, bla, bla.

Je tiens à préciser pour ce loustic, que cette action était organisée par les familles elles mêmes et qu’elles ont demandées notre solidarité, chose à laquelle de nombreu.x.ses bisontin.e.s ont répondu.e.s. Cela lui a été précisé deux fois, (mais étant enfermé dans son délire maniaque obsessionnelle) ils n’a même pas entendu.

Ca doit lui trouer le derrière que des pauvres… Des Roms… Qui pourtant sont dans la misère totale, puissent être solidaires, être capable de s’organiser elles/eux mêmes, pour LEURS droits et ceux de leurs enfants. Certainement que pour lui, c’est impossible une chose pareil. Pourtant, d’après certaines personnes, il bosse au CCAS depuis quelques temps et n’était pas comme ça avant.

Le pouvoir change les personnes…

Une seconde grande discussion entre les familles a lieue au S.A.A.S à la suite de laquelle est décidée de quitter les locaux et d’aller tous/toutes ensemble à la préfecture. (grave erreur selon moi, mais je ne suis pas à leur place étant venu comme beaucoup en soutien)

Arrivé à la préfecture, une délégation part rencontrer le préfet. Hommes, femmes, enfants, nous poirotons pendant un très long moment.

1380296497396

Enfin la délégation reparaît, les nouvelles ne sont pas bonnes.

Les deux représentants du préfet n’en avaient absolument rien à foutre d’eux. Selon des militantes qui ont accompagnées quelques portes paroles des familles, le comportement de ces deux salopards était odieux et ouvertement méprisant envers la situation des familles. Se permettant même d’ironiser sur le fait qu’ils peuvent toucher l’aide au retour !! alors qu’il sait que certaines de ces personnes ont le statut de réfugiés politiques et risquent la persécution voir la mort dans leur pays d’origine. Hallucinant! et le tout en s’échangeant des petits sourires méprisants l’un et l’autre. L’un d’ailleurs, complètement avachis dans son fauteuil Louis XV. Quelle image! Bravo!

Une des militantes nous a même confiée que c’était moins pire avec le préfet de Sarkozy. Que leur attitude était intolérable.

Au final, ils sont content, le SAAS a été évacué avant l’heure de fermeture, ils ont baladés et pris tout le monde pour des cons pendant toute l’après-midi, ils se sont foutus de notre gueule, se sont renvoyés la balle entre préfecture et mairie et les familles couchent encore à la rue et tout est rentré en ordre.

Mais nous ne sommes pas du genre à laisser tomber les gens, nous restons mobilisé.e.s et vigilant.e.s quant à la situation de ces familles. D’autres actions verront le jour. Je vous tiendrai informé des décisions des familles.

Voici le tract du collectif « à la rue »:

2013-10-01 02.33.42

Je tiens à dire que malgré le fait que ce n’est pour l’instant pas une réussite, les familles étant encore à la rue ce soir, je veux souligner l’incroyable organisation et solidarité entre sans-papiers bisontin.e.s / bisontin.e.s avec papiers, réfugié.e.s politiques bisontin.e.s, militant.e.s, pas militant.e.s, avec/sans papiers… Vraiment, ça m’a fait chaud au coeur.

Pour être honnête, quand j’ai reçu l’information pour l’action avec les familles, je me suis dit, oui ça va sûrement être un truc ou il n’y aura que des gens de collectifs, orgas… Quand je suis arrivé sur le lieu du RDV, j’ai découvert pleins de gens que je n’avais pas l’habitude de voir en manif, ou dans le milieu militant. Des voisins, des jeunes, des plus âgés…

J’avais aussi un peu peur de récup politique de l’action, mais non, les militant.e.s étaient « réservé.e.s » mais pas effacé.e.s. Laissant les familles entièrement mener leur lutte, sans influencer. Etant simplement la pour accompagner (préfet, ajoint au maire…) et apporter leur solidarité par leur présence aux familles. Je suis très content de cela. Très content aussi de l’organisation des familles à la rue. Leur solidarité, leurs prises d’initiatives, leur courage… est à saluer!

La lutte continue !

Un sympathisant du collectif à la rue

[1] Cette phrase est d’une militante syndicale qui m’a beaucoup fait rire en me racontant ça sur le chemin de la préfecture. Du coup je lui ai piqué (je l’avais prévenu ^^)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s