Se faire bouffer par Google ou résister ! Quelques outils

Degooglisons-internet Les services en ligne toujours plus centralisés de géants tentaculaires comme Google, Amazon, Facebook, Apple ou Microsoft (GAFAM) mettent en danger nos vies numériques.

Cette centralisation est nuisible, non seulement parce qu’elle freine l’innovation, mais surtout parce qu’elle entraîne une perte de liberté pour les internautes. Les utilisateurs de ces services derniers ne contrôlent plus leur vie numérique : leurs comportements sont disséqués en permanence afin de mieux être ciblés par la publicité, et leurs données – pourtant privées (sites visités, mails échangés, vidéos regardées, etc.) – peuvent être analysées par des services gouvernementaux.

Parce que Nos vies, ne doivent pas être vouées à être des produits, à être espionnées, analysées, comparées, chiffrées, quantifiées, compartimentées, monopolisées, divisées, additionnées, contrôlées, publicitées, empaquetées, conditionnéees, traquées… il existe désormais des outils pour contrecarrer les plans de ces FTN (Firmes TransNationales). On les appelles les logiciels libres.

Les logiciels libres sont des logiciels dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement. Ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

Principes de fonctionnement.

Principe de fonctionnement.

Il en existe beaucoup et dans plusieurs domaines; je vais vous en présenter quelques uns qui me semblent intéressant. La plupart ont été développé par Framasoft.

Framasoft c’est quoi ?

Framasoft est un réseau d’éducation populaire, issu du monde éducatif, consacré principalement au logiciel libre. Il s’organise en trois axes sur un mode collaboratif :

  • Promotion, diffusion et développement de logiciels libres.
  • Enrichissement de la culture libre.
  • Offre de services libres en ligne.

Ils mènent actuellement une campagne pour la dégooglisation d’internet (dé[google]isation = débarassé de Google en gros mais pas que)…

Image du site Framasoft - La dégooglisation de l'internet.

Image du site Framasoft – La dégooglisation de l’internet.

L’utilisation des logiciels libres et des standards ouverts sur Internet est l’objectif prioritaire du projet Dégooglisons Internet.


 

Comment faire pour, nous aussi, participer à la dégooglisation de l’internet ?

  • En utilisant par exemple, pour nos recherches sur le web, l’outil Ixquick au lieu de Google.
  • Personnellement, je préfère vous présenter «DuckDuckGo» (esthétiquement mieux).
DuckDuckGo - le moteur de recherche qui ne t'espionne pas.

DuckDuckGo – le moteur de recherche qui ne t’espionne pas.

Si nous sommes utilisateurs du navigateur Mozilla Firefox, il nous suffit de cliquer sur le bouton «Menu» puis sur «Modules» (en forme de pièce de puzzle). Ensuite, il suffit de taper duckduckgo, de cliquer sur «rechercher» et de cliquer sur «installer». Nous le retrouvons ensuite dans la petite barre de recherche en haut à droite.


 

Pour s’organiser sur le plan militant et se passer de Doodle, il y a «Framadate» :

Réaliser un sondage pour une proposition de date de réunion...

Réaliser un sondage pour une proposition de date de réunion…

Fonctionnalités :

  • envoi de courriel à chaque réponse
  • modification du sondage en cours
  • planification d’une dead-line
  • nommez votre sondage et communiquez l’adresse à vos collaborateurs
Framasoft-Framadate-sondage-classique

Réaliser aussi un sondage classique…

Avec Framadate nous sommes en mesure de planifier un rendez-vous à plusieurs ou créer un sondage en ligne. Framadate ne stocke pas vos données !



 

Pour se passer de Pixlr (Google aussi) il existe Framavectoriel :

Framavectoriel, est un logiciel de dessin extrêmement simple (qui a dit simpliste ?).

Framasoft-Framavectoriel-2

Logiciel Framavectoriel.

Fonctionnalité :

  • Utilisable en ligne, sans installation
  • Pas d’inscription requise
  • Possibilité d’exporter votre document sous forme d’image bitmap ou vectorielles
  • Logiciel libre et gratuit, ouvert à tous
  • Ethique : aucune conservation de vos données

 

Pour substituer bubbel.us (toujours la FTN Google), il y a Framindmap :

Framindmap vous permet :

  • d’organiser un brainstorming
  • ordonner vos idées à plusieurs
  • apprendre et faire apprendre une leçon
  • réaliser des classifications
  • identifier les éléments importants
Permet d'organiser des idées, de crée des schémas...

Permet d’organiser des idées, de crée des schémas…


L’alternative à bit.ly c’est «Let’s upload that image» (ou Lutim) :

image du site Utim...

image du site Lutim…

Face à Pastebin (encore le géant Google) , opposons Zerobin :

ZeroBin.

ZeroBin.

Contre le géant Facebook il existe désormais FramaSphere, et il y a déjà 20.000 membres !

Page d'accueil de FramaSpère...

Page d’accueil de FramaSpère…

En fait, c’est plus un mixe de Twitter et Facebook que de Facebook à proprement parler.

Sur Framasphere, nous pouvons retrouver un réseau social qui respecte nos données.

Framasphère est un nœud (appelé pod) du réseau social libre «Diaspora».

  • 25 milliards de dollars : Tel est le montant que devrait atteindre la valorisation de la société selon les termes de l’IPO. Une valorisartion correspondant à plus de 20 fois le chiffre d’affaires 2003 de l’entreprise.
  • 554 450 $ : Tel est le salaire annuel qu’a touché Eric Schmidt, le PDG de Google. Le montant comprend la rémunération de base (250 000 dollars annuels), assortie d’une prime annuelle sur résultats de 301 556 dollars et de diverses primes complémentaires.
  • 96 % : C’est la part des revenus de Google issus de l’activité publicitaire. Des revenus issus en grande partie de AdWords, son programme de liens promotionnels.
  • D’une année sur l’autre, les revenus publicitaires du moteur de recherche ont progressé de 121,5 %.
  • 200 millions de recherches sont effectuées chaque jour sur Google. Le moteur de recherche est le numéro un incontesté.
  • 280 milliards d’euros : c’est la valeur boursière du géant du Web américain au 17 octobre 2014.

Le “Double Irish” et “Dutch sandwich” sont utilisés par Google pour s’affranchir des taxes sur les bénéfices en France et dans les autres pays européens. Pour faire un tout petit rappel, le géant du Web a créé deux sociétés à Dublin. Le premier est Google Ireland Limited qui est son siège européen et regroupe près de 2 500 employés.

De constitution classique, cet établissement se charge de tous les redevances de la part des filiales de Google en Europe, en Afrique et au Moyen Orient.

Le second, Google Ireland Holding, est une entité pour transférer les charges. Celle-ci est enregistrée en Irlande mais dont le siège fiscal est aux Bermudes (sous le nom de Google Bermuda Unlimited) bénéficiant de ce fait d’un taux d’imposition nul : une économie considérable d’impôts n’est-ce pas ?

Et pendant ce temps l’état démantèle notre système social…

  • Également propriétaire de :
  • _Youtube : 300H de vidéos uploadés toutes les minutes !

Tout cela est très inquiétant ! Un tel monopole; la concentration d’un tel pouvoir, en si peu de mains !

Sans compter la véritable traque que nous subissons à chaque instant de la part de la NSA et probablement de multiples autres agences de renseignements dès lors que l’on démarre notre machine et que l’on se connecte à l’internet. Le vol de nos informations confidentielles pour les revendre à des tiers et dont Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, les fameuses GAFAM, se rendent complices à chaque seconde.

Pendant que vous lisez ce texte, le bénéfice de Google croît de manière exponentielle…

C’est pourquoi il faut saisir les leviers que Framasoft et d’autres nous proposent. Je me suis concentré sur celui-là car c’est un des projets de «libres» que je trouve le plus abouti actuellement.

Après, pour les réseaux sociaux, c’est sûr que c’est pour celles/ceux que ça intéresse, personnellement j’aime bien (sauf Facebook, je suis vraiment allergique) ; même sans ça, rien qu’avec les quelques outils dont j’ai fait la liste dans cet article, cela nous donne déjà plein de moyens, à nous de les saisir !

Libre ne veut pas forcément dire gratuit !

Quand Google, entre autres, se targue de nous proposer des outils gratuits, c’est que le produit c’est nous !

La plupart des logiciels libres sont disponibles gratuitement, mais ils ont un coût, sauf que contrairement aux FTN comme les GAFAM, ils ne vont pas vendre nos données pour se faire du fric. Les gens donnent librement, si jamais il n’y a plus assez de fonds pour gérer le service, il ferme ! C’est pas plus compliqué que ça. Ce sont des passionné.e.s, des gens qui ont des compétences et qui veulent les mettre au service de la communauté ; rien à voir avec ces rapaces de GAFAM !

Quelle chance, non ?

 

[CET ARTICLE SERA ÉTAYÉ DANS LE COURANT DE LA SEMAINE,

JE PRÉSENTERAI D’AUTRES OUTILS TRÈS INTÉRESSANTS.]

Publicités

2 réflexions sur “Se faire bouffer par Google ou résister ! Quelques outils

  1. Bien, seulement, il y a 2 ikes :
    On ne connait pas le modèle économiques de DuckDuckGo.
    L’alternative à img.ur («Let’s upload that image») n’en est pas une car Img.ur est surtous un réseau social (et pas qu’un uploader d’image) 🙂

    J'aime

  2. Je recommanderais de ne pas utiliser Ixquick : il y a encore quelques semaines, quand on avait un useragent trop simple (ne permettant donc pas le suivi), il refusait tout simplement de lancer la recherche (!).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s