#Besancon : Solidarité avec Amine victime d’une bavure policière

Amine à l'hopital

Amine à l’hôpital

Plusieurs personnes m’ont rapporté une affaire d’une grande gravité, que la police et les médias locaux veulent étouffer. Une bavure policière aurait eu lieu à Besançon le dimanche 15 février dans le quartier de Planoise.

Voici le témoignage de la maman d’Amine, la victime :

« Les gamins du quartier ont pour habitude de faire de la moto le dimanche. Mon fils, Amine, avait pris la sienne depuis une dizaine de minutes équipé d’un casque. Arrivé à un certain endroit, il a vu une patrouille de la BAC (nldr : brigade anti-criminalité) le suivre rapidement en voiture. Les jeunes savent pertinemment que les policiers les arrêtent souvent pour rien, et que ça se termine en général en garde à vue avec régulièrement un passage à tabac au commissariat.

Amine ne s’est donc pas arrêté et a instinctivement décidé d’emprunter un sens interdit espérant mettre fin à cette énième filature. Les choses se sont passés autrement puisque les policiers de la BAC l’ont suivi d’extrêmement prêt, jusqu’à ce qu’ils percutent la moto de mon fils.

Suite à ce terrible choc, Amine a été éjecté au sol, et les policiers ont pris la fuite ! Un témoin a vu Amine inerte au sol et a appelé les secours. Il lui ont prodigué les premiers soins sur place avant de l’emmener au CHRU Jean Minjoz à Besançon. »

Amine serait arrivé à l’hôpital dans un état critique :

  • une fracture à la base du crâne
  • une fracture à la colonne vertébrale
  • une fracture à l’avant bras
  • un œdème au coté gauche de la tête
  • de l’eau entre les poumons et la cage thoracique
  • une perte de l’audition

« Une IRM a ensuite été fait pour son thorax et sa colonne vertébrale et, el hamdoulilah, il n’y a pas eu besoin d’opération non plus. Mon fils devra tout de même mettre un corset qui le maintiendra du bas de la taille jusqu’au cou pendant plusieurs mois afin de ne pas subir de nouvelles séquelles.
D’ici quelques jours in sha Allah, il devra faire un audiogramme pour voir ce qu’il en est de son audition et de ces terribles bruits sourds qui deviennent insupportables…
Il a énormément souffert de maux de tête et prend des calmants sans arrêt ainsi que beaucoup de morphine..
La convalescence va être longue…

Il y a de nombreuses caméras de vidéosurveillance non loin de l’endroit où mon fils a été percuté et où on pourrait voir les policiers de la BAC poursuivre Amine, mais les jours passent et je ne sais pas comment faire avancer les choses.

Il est pour moi hors de question que cette terrible affaire reste dans le silence et qu’on mette mon fils aux oubliettes après tout ce qu’il vient de subir. »

L’avocat de la maman d’Amine, l’aurait mis en contact avec un journaliste de l’Est républicain qui aurait finalement choisi de prendre le parti de la police et de ne plus lui donner de nouvelles, laissant penser qu’il ne compte plus défendre le jeune Amine.

Lien vers le témoignage de la maman

Que ce soit un acte volontaire ou non, la fuite des agents de police qui n’ont même pas appeler le samu est simplement scandaleuse. Cet événement a naturellement entraîné des réactions, notamment de la part de certains jeunes du quartier qui ont les nuits suivantes incendiés des voitures et des poubelles.

Le traitement médiatique qui a été fait ainsi que les conséquences politiques laissent sans voies tant ils sont éloignés de la réalité.

L’est républicain, dans leur article de mardi 17 février, a établi un lien entre les incendies des conteneurs et des voitures et la condamnation à de la prison ferme quelques jours plus tôt de deux dealers.

Sans se préoccuper de trouver les causes de ces dégradations matérielles, les médias émettent des suppositions plus que douteuses et contribue comme à leur habitude à renvoyer une mauvaise image, faites de drogue et de violence, des quartiers populaires.

Notons également qu’ils ont publié au total 8 articles différents[1] traitants des incidents des nuits de la semaine du 16 février, toujours dans le même style, toujours sans chercher la cause, mais toujours en condamnant très fermement les incidents.

Revenons maintenant sur l’acte en lui-même :

Les violences policières deviennent de plus en plus courantes, on se rappelle de Rémi Fraisse, dans le Tarn, tué par les gendarmes mobiles lors d’une manifestation. On pense désormais à Amine, percuté par une voiture de police qui a pris la fuite.

A l’heure actuelle, il n’y a aucune réaction de la police ce qui n’est pas étonnant puisqu’il y a volonté évidente d’étouffer l’affaire : « pourquoi s’expliquer sur une bavure qui n’a pas eu lieu ? »

 

Du côté des politiques :

Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et Jeannerot, président du conseil général du Doubs se sont contenté d’une réaction sécuritaire. Après s’être dit choqués par les dégradations matérielles, ils demandent l’arrivée de renforts pour assurer le maintient de l’ordre (CRS et policiers). Fousseret en profite pour promettre 25 postes de police supplémentaires. .

Et c’est encore la même rengaine sécuritaire : la répression comme seule solution.

Les problèmes à régler sont nombreux et ils ne se régleront pas dans le court terme, car ils sont profondément ancrés et il va falloir y mettre un sacré coup :

On peut parler du racisme ordinaire de la police, des contrôles au faciès et des véritables violences physiques et morales et non matérielles qui sont faites, par la police, contre les jeunes de quartiers et qui ne sont jamais ou si rarement rendus public par les médias

Mais cela ne suffit pas expliquer la situation de ces quartiers.

A l’heure où la misère grandit justement dans ces quartiers on ne peux plus stigmatisés, on ne propose plus rien à cette jeunesse plongée dans la misère économique, culturelle.

Rien si ce n’est la répression une fois de plus : des contrôles, des amendes et la taule au bout. Et on s’étonne dans la presse bourgeoise des conséquences : de la violence inadmissible quand des voitures brûlent, des trafics de stupéfiants…

Ah si, j’oubliais ce qu’on propose aussi à cette jeunesse, ce qu’on voit partout à la télé, dans les pubs, dans nos rues, dans notre centre-ville : notre si belle société de consommation, tellement inaccessibles pour des personnes habitants les quartiers populaires.

Mais il en reste toujours pour trouver scandaleux que les quelques dealers à qui le trafic a réussi, s’y mette aussi quand ils peuvent enfin accéder à la consommation.

C’est choquant de voir une belle Audi à Planoise, c’est tellement normal à Bregille…

Les solutions sont à chercher ailleurs, en ramenant des valeurs de solidarité, de vivre ensemble, en éradiquant la misère dans nos sociétés. Nous ne pouvons rien attendre de leurs élections, ni de leurs réformes incessantes, c’est à nous de nous organiser.

 

Je lance un appel à témoin, si des personnes ont vu quoi que se soit, ont d’autres infos… contactez moi à cette adresse : libertairebisontin@riseup.net , pour que justice soit faîte pour Amine.

Toutes mes pensées en ce moment vont à Amine, à sa famille, ses ami-e-s, on ne laissera pas passer ça ! Je lui souhaite un bon rétablissement.

POLICE PARTOUT = JUSTICE NULLE PART !

CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES, PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX !

[1] LIENS VERS LES ARTICLES PUANTS : 

L’est républicain :

http://www.estrepublicain.fr/doubs/2015/02/17/besancon-des-poubelles-des-voitures-et-un-bus-incendies-a-planoise (lien avec l’emprisonnement de 2 dealers dans l’apres midi)

http://www.estrepublicain.fr/doubs/2015/02/22/besancon-nouvelle-vague-d-incendies-nocturnes-a-planoise

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/02/22/besancon-nouvelle-vague-d-incendies-a-planoise

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/02/21/besancon-deux-autres-mineurs-interpelles-suite-a-la-vague-d-incendie

http://www.estrepublicain.fr/doubs/2015/02/21/trois-petites-nuits-et-puis-s-en-vont

http://www.estrepublicain.fr/doubs/2015/02/18/soiree-incendiaire-a-planoise

France 3 : http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte/2015/02/17/besancon-trois-incendies-la-nuit-derniere-dans-le-quartier-planoise-656849.html (réaction JL Fousseret)

Ma Commune :

http://www.macommune.info/article/nouveaux-incendies-dans-le-quartier-planoise-a-besancon-115060

http://www.macommune.info/article/violences-a-planoise-une-trentaine-de-crs-arrive-en-renfort-a-besancon-114944

http://www.macommune.info/article/trois-incendies-a-planoise-les-pompiers-interviennent-sous-protection-policiere-114879

http://www.macommune.info/article/jets-de-pierres-sur-les-pompiers-a-planoise-claude-jeannerot-qualifie-ces-actes-dinadmissibl

Publicités

4 réflexions sur “#Besancon : Solidarité avec Amine victime d’une bavure policière

  1. Un jeune sur une moto de cross non homologuée pour rouler ville, sans casque car la fracture résulte bien d’un non port de casque, sens interdit, délit de fuite face à la police. Et s’il avait renversé quelqu’un dans ce sens interdit ? Aurait il encore ete la victime ? Réveillez vous !

    J'aime

  2. Je veux juste aporter une info sachez que les 2 grands pères de amine ont fait partis du 7rta pendant la 2me guerre et était a Diên benfu en Indochine c’est pas le cas des parents de ces flics ripous et criminelle fachistes et je pèse mes mots honte a vous la police.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s