Iran : 27ème anniversaire du massacre des opposant-e-s au régime

Le mois d’août marque le 27e anniversaire du massacre de 30.000 prisonniers politiques en Iran (1 août 1988).

En été 1988, un mois après que Rouhollah Khomeini fut contraint d’accepter un cessez-le-feu dans sa guerre de huit ans contre l’Irak, le dirigeant fondamentaliste du régime des mollahs a ordonné l’exécution de tous les prisonniers politiques affiliés au principal groupe d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Lors de cette tuerie brutale, 30.000 prisonniers sans défense ont été sommairement exécutés. Des avocats internationaux et des défenseurs des droits de l’Homme ont décrit ce massacre comme le plus grand crime contre l’humanité resté impunis commis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Vers la fin de la guerre Iran-Irak, quand Khomeini a constaté que sa défaite militaire dans cette guerre était imminente, il a décidé de se venger contre les prisonniers politiques. Il a émis une fatwa (un décret religieux) ordonnant le massacre de tous ceux qui ne s’étaient pas repenti et n’étaient pas disposés à collaborer pleinement avec le régime.

Khomeini décréta : « Tous ceux qui sont liés aux ‘Monafeghine’ [‘hypocrites’, terme péjoratif utilisé par le régime des mollahs pour designer les Modjahédine du peuple] doivent être exécutés. Les ennemis de l’islam doivent être anéantis immédiatement. ». Il a ajouté : « Tous ceux qui sont dans des prisons à travers le pays et qui persévèrent dans leur soutien envers l’OMPI sont en guerre contre le Dieu et sont condamnés à mort. C’est naïf d’être miséricordieux à l’égard de ceux qui sont en guerre contre le Dieu. »

Le régime iranien n’a jamais reconnu officiellement ces exécutions et n’a jamais fourni la moindre information sur le nombre des prisonniers qui ont été sommairement exécutés. Des jeunes filles, des étudiants, des personnes de tout âge et beaucoup de prisonniers qui avaient déjà purgé leur peine avant 1988 ont été parmi les personnes qui ont ainsi disparues en l’espace de quelques semaines. Leurs corps ont été jetés dans des fosses communes, notamment au cimetière Khavaran situé près de Téhéran.

Khomeini avait ordonné la mise en place d’une « Commission d’amnistie » pour les prisonniers. En réalité, celle-ci était une Commission de la mort, composée de trois personnes : un représentant du ministère des Renseignements, un juge religieux et un procureur. La plupart des procès ne duraient que quelques minutes et ressemblaient davantage à une séance d’interrogatoire. Les questions examinées par la commission étaient les suivantes : Est-ce que le prisonnier a encore une quelconque sympathie à l’égard de l’OMPI ? Es-ce que le prisonnier est prêt à collaborer pleinement avec le régime contre l’OMPI ? Si les membres de cette commission tripartite constataient dans les propos ou le ton employé par le prisonnier le moindre signe montrant sa sympathie à l’égard de l’OMPI, ils ordonnaient l’exécution immédiate du prisonnier. La mission de cette Commission de la mort était de déterminer si le prisonnier était « un ennemi du Dieu ou pas ». En évoquant l’OMPI, si le prisonnier employait le terme « Moudjahidine » au
lieu du terme péjoratif « Monafeghine » utilisé par le régime, il était immédiatement envoyé vers la potence.

A ce jour, aucun des auteurs du massacre des prisonniers politiques en été 1988 en Iran et aucun des hauts responsables du régime des mollahs, dont le guide suprême de ce régime, Ali Khamenei, n’ont été traduits devant la justice.iran-massacre

Source : http://www.ncr-iran.org/fr/communiques-cnri/droits-humains/16271-27e-anniversaire-du-massacre-de-30-000-prisonniers-politiques-en-iran.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s