Poésie sombre….Sombre poésie

J’ai envie de partager avec vous ce texte que j’ai écrit dans un moment de mélancolie. En espérant que ça vous plaise, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire. Il n’a pas de titre, je n’en ai pas trouvé, il s’agit de poésie noire.

 

 

Tout s’écroule, y compris nous mêmes,

l’échec commun et l’échec individuel est notre règle

plus d’espoir ;

sois maudite funeste époque !

Chaque jour qui s’écoule, l’humanité cesse peu à peu d’être humaine

préférant s’enfoncer dans une nuit sans lune et sans étoiles

certain-e-s essaient de résister en ramant ardemment à contre-courant

quelques un-e-s s’épuisent,

d’autres se noient,

peu importe ! On rame !

Mais cette énergie développée ne suffit à nous éloigner de l’abysse

dans lequel

peu à peu

nous nous engloutissons…

Hélas !

Nous avons tout essayé ou presque

rien n’y fait,

nous essaierons encore, certainement en vain

avons-nous le choix ?

Déposer les armes ? Jamais !

Il faut juste être lucide : nous sommes en train de perdre,

les forces, hier vives

qui nous ont tant apportées

sont aujourd’hui en train de nous abandonner ;

la flamme de la liberté

est presque consumée,

y avons-nous seulement goûté ?

Est-ce la liberté d’aller dans d’immenses centres commerciaux le samedi ?

Est-ce la liberté de se promener le nez planté dans son smartphone ?

A chacun-e ses écrans de fumée…

L’élite nous a tout volé, nous n’avons plus rien

elle a même conquis nos cerveaux

modifié notre conscience

nous privant de tout esprit critique

en remplissant notre crâne

à travers divers médias

d’émissions toutes plus débiles les unes que les autres…

Nous ne sommes plus vraiment,

Nous sommes notre voiture

nous sommes notre petit pavillon en banlieue

nous sommes notre CB…

Tsss !

Époque sinistre ! Déjà la peste repointe son nez de tout côté.

Ca brunit à l’Ouest, ça brunit à l’Est, ça brunit chez nous

et

bientôt

nous entendrons à nouveau le bruit des bottes…

Rien à faire,

si ce n’est une révolution

dans laquelle nombre d’entre nous périront.

Et comme d’habitude, certain-e-s jetteront des larmes de pitié

sur nos corps sans vie,

d’autres se réclameront de nos idées

quelques rapaces récupéreront nos luttes pour mieux s’attribuer les honneurs d’une part

mais aussi pour mieux assassiner nos idées et ainsi que tout soit sauvegardé

que rien ne change dans le fond…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s