De Besançon à Grenoble en passant par Nantes et jusqu’à Fribourg : Solidarité !

Je reprends le clavier pour crier ma rage quant aux intimidations exercées à l’encontre des camarades d’Indymedia Grenoble, qui mettent à disposition de tou-te-s une plateforme de libre expression sur le web. Suite à l’incendie de la brigade de gendarmerie de Grenoble, jeudi 21 septembre, un communiqué de revendication a été publié sur la dite plateforme par un collectif d’anarchistes. Suite à cela, les services de l’État OCLCTIC (Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication) ont envoyé une injonction à l’équipe du site pour la sommer de retirer ce communiqué qualifié de « provocation à des actes de terrorisme ou apologie de tels actes ». Idem pour les camarades de Nantes.

Pour rappel, un média sert à relayer une information vérifiée et/ou à exprimer des idées. D’autre part, je ne vois pas pourquoi les camarades d’Indymedia seraient incriminés, quand plusieurs médias mainstream eux se permettent de relayer le communiqué en entier, sans être inquiétés le moins du monde. Cette manœuvre est clairement politique, elle vise à museler les médias libres et autres journaux sauvages sous des prétextes fallacieux. En Allemagne cet été, le site « Linksunten Indymedia » a été fermé sur décision des autorités et les membres considéré-e-s de fait comme « membres d’une association terroriste ». Ce qui est aberrant pour simplement relayer de l’information, fusse-t-elle tranchée.

Il y a longtemps que l’on ne parle plus de « liberté d’expression » dans nos rangs, nous avons constaté que celle-ci n’est bien souvent valable que pour les possédants, leurs valets inquiétants et leurs discours. C’est la liberté de communiquer, puis de penser et enfin de créer… qui sont gravement menacées.

L’État détient le monopole de la violence, lui seul, selon la Loi, a le droit de l’exercer. Et qu’en fait-il ? Il s’en sert, entre autre, pour opprimer des populations à l’autre bout du monde, pour sauvegarder ses intérêts néo-coloniaux, notamment sur le continent africain qu’il pille depuis plusieurs siècles mais pas que. Et à écouter les médias du capital, c’est toujours pour le bien des populations locales, pour les « sécuriser », leur emmener la « paix ». Et si la France commençait par la leur foutre ?! L’État se sert aussi de son monopole de la violence pour réprimer la contestation interne contre son autorité, mais aussi pour protéger les  bourgeois et leurs biens, savamment usurpés au prolétariat.

Nous avons donc vu que l’État se sert de la violence principalement pour maintenir les privilèges de quelques-uns ainsi que pour maintenir sa propre domination. L’État est une sorte d’interface entre nous, celles et ceux qui ne possèdent rien que leur force de travail (physique et/ou intellectuelle), et les privilégiés. Par contre, cette interface ne fonctionne que dans le sens dominants/dominé-e-s. Les représentants de l’État ne sont que les laquais de la grande bourgeoisie au final, en tout cas cela se confirme d’années en années. Prenant en compte tout ça, il est évident que des individu-e-s qui prônent une révolution sociale, c’est-à-dire un changement radical de société en cassant les normes ainsi que les institutions qu’ils/elles estiment les oppresser, en tentant de convaincre d’autres personnes, sont pris pour cible. Pour cela, elles/ils disposent entre autres des 26 lettres de l’alphabet, que le/la révolté-e va savamment tisser pour tenter de rallier d’autres personnes à sa cause. Rappelons Kropotkine : « Notre devoir est la révolte permanente, par la parole, par l’écrit […] »

S’il s’agissait d’utiliser la violence pour construire une société totalitaire, théologique ou je ne sais quoi d’autre, en tout cas une société au moins aussi oppressive, voir plus, il serait tout à fait normal de parler de terrorisme. Les dernières attaques du patronat contre le prolétariat, c’est du terrorisme social ! Hors, l’anarchie, projet politique le plus viable à mes yeux pour l’humanité, entend mettre fin au chaos engendré par le système capitaliste en établissant enfin la justice sociale pour tou-te-s ! En produisant de manière rationnelle pour des besoins et non pour des profits ! Car notre but est l’émancipation totale de l’individu à l’intérieur d’une société débarrassée des hypocrisies religieuses, étatiques et médiatiques. Oui, nous sommes pour la circulation totalement libre des informations aussi contestataires soient elles ! Le monopole et la censure dont est victime la parole de nos camarades est bien la preuve que l’on étouffe le cri de la révolte qui est aussi celui de l’avenir.

Faisons nous donc entendre par tous les moyens, tous les canaux, fussent ils contestés par le pouvoir. Pas de bâillons, pas de sanction !

Soutien total à celles et ceux qui relaient des pensées encore libres !

Derrière les mots et les écrans c’est le raz-de-marée de la liberté qui éteindra les flammes abjectes qui consument nos plus belles aspirations !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s