Être afro-descendant et anarchiste

Pour celles/ceux qui me connaissent ce n’est pas un secret, je suis la seule personne noire, afro-descendante, dans le milieu anarchiste bisontin. Sur les 77 personnes que je connais dans le milieu militant bisontin, aucune autre personne n’est noir. Triste réalité. Il faut dire que les militant.e.s ont pris l’habitude de rester entre personnes blanches, pas forcément par fermeture d’esprit, mais parce qu’ils/elles sont incapables de rompre avec les schémas. Quand j’ai rejoins ce milieu, c’est parce que j’étais vraiment convaincu par les idées (je le suis toujours), les camarades ne m’ont pas fait de cadeaux, j’ai eu une place plus difficilement que les autres, on ne m’écoutait pas,  on me coupait la parole en changeant de sujet… Ce qui m’a beaucoup aidé à persévérer dans ce milieu, c’est d’avoir ouvert un blog (Offensive Libertaire à l’époque), étant doué en écriture j’ai réussi à trouver le respect que l’on me doit à travers ce biais.

Auparavant j’ai été sympathisant de « Les Verts » dès l’âge de 16 ans, puis sympathisant du PS, puis membre de la fraction « L’Étincelle » de Lutte Ouvrière (2006) où j’ai suivi une formation très poussée en marxisme, j’ai notamment fait des stages de lecture avec elles/eux. J’y appris beaucoup de choses, et ce que je retiens de mon passage à LO, c’est que c’est les militant.e.s les mieux organisé.e.s de l’extrême gauche, anarchistes compris. Dommage qu’ils prônent une dictature du prolétariat et qu’ils fonctionnent de manière super hiérarchisée, qu’ils soient dogmatiques, sectaires et complètement dépassés par leur époque…

De tous ces milieux, les anarchistes ont en revanche été les plus réceptifs à mes combats, visions du monde… Elles/Ils sont les seul.e.s à avoir encourager mon émancipation, à m’avoir apporté du soutien lorsque j’en avais besoin, je pense surtout aux camarades du groupe Proudhon dont certain.e.s membres m’ont beaucoup aidé, mais aussi à des autonomes.

Néanmoins, depuis 10 ans que j’ai rejoins les anarchistes, le milieu reste plutôt blanc, très peu de diversité. Certain.e.s anarchistes veulent sincèrement rendre le mouvement inclusif, mais ne comprennent pas que pour cela il ne suffit pas de blablater entre eux/elles, qu’au contraire il s’agit de changer leurs habitudes, de s’interroger sérieusement sur la question, qu’ils/elles font partie du problème mais aussi de la solution. On ne peut pas se contenter de « ne pas voir les couleurs« , et de phrases bateaux du style « on est tou.te.s humain.e.s » ; c’est sûr ça fait joli dit comme ça, mais nous ne sommes pas dans un conte de fée, hélas.

Il ne faut pas confondre le racisme avec la haine raciale. La haine raciale, c’est la partie visible du racisme, la plus spectaculaire : croix gammées, KKK, néonazis… mais c’est, statistiquement, celle qui fait le moins de victimes au XXI ème siècle. Aucun.e anarchiste sincère n’éprouve de haine raciale. Le racisme lui est partout et tout le temps. Il s’agit sociologiquement de « racisme systémique », de « racisme structurel » ou encore de « racisme ordinaire ». Il est au sein de nos rapports sociaux, de l’espace public, dans les programmes scolaires, dans les médias… Celle/celui qui prétend ne pas en être imprégné.e, tout comme du sexisme… est un.e menteur/menteuse qui ne veut pas regarder la réalité en face. Oui, il existe des « races », je met entre-guillemets car il s’agit sociologiquement parlant de « races » comme fictions sociales. Pour être plus clair, la seule race est humaine, mais le racisme, bien réel lui, fait que fictivement il existe des « races ». Sinon, pourquoi le combattre ?

Pour en revenir au fait d’être un afro-descendant et anarchiste, je ne vois vraiment pas en quoi cela pourrait être incompatible. L’anarchisme est un projet de société non-nocif, viable pour l’humanité entière. Ces idées ont voyagé sur tous les continents, sont en train de se développer dans le monde Arabe, mais quid du reste du continent africain ?

Le territoire qui se trouve entre le désert du Sahara et la forêt tropicale humide est la maison d’une variété de peuples. Entre le Sénégal et la Gambie, vivent les Wolor et les Toucouleur, tandis qu’entre la Gambie et la vallée du fleuve Niger vivent les Soninké, Mandigo, Khran, Touareg, Ashanti, Banbara et Djula. Les Songhai dominent la région moyenne du Niger, et les Masai habitent le bassin de la Haute-Volta. De l’autre côté de la rivière, dans le nord-ouest et le centre-nord du Nigeria, vivent les Haoussa-Fulani, tandis que les Kanuri vivent dans le nord-est. Plus au sud et s’étendant vers l’est, on trouve l’Igbo, le Yoruba, le Gikuyu, le Luo, le Shona, le Ndebele, le Xhosa, le Bantu, le Zoulou… etc. Au nord du Sahara s’étend l’Egypte et la région Maghredb. Berbères.

Dans une plus ou moins grande mesure, toutes ces sociétés traditionnelles africaines ont manifesté des «éléments anarchiques» qui, après un examen attentif, donnent foi au truisme historique selon lequel les gouvernements n’ont pas toujours existé. Ils ne sont qu’un phénomène récent et ne sont donc pas inévitables dans la société humaine. Alors que certaines caractéristiques «anarchiques» des sociétés africaines traditionnelles existaient en grande partie dans les stades passés du développement, certaines d’entre elles persistent et restent prononcées à ce jour.

Cela signifie que les idéaux sous-jacents à l’anarchisme ne sont peut-être pas si nouveaux dans le contexte africain. Ce qui est nouveau, c’est le concept d’anarchisme en tant que mouvement social ou idéologie. L’anarchie en tant qu’abstraction peut en effet être éloignée des Africains, mais elle n’est pas du tout inconnue en tant que mode de vie. Ceci n’est pas pleinement apprécié parce qu’il n’y a pas encore de corps systématique de pensée anarchiste qui soit particulièrement d’origine africaine.

Cependant, des groupes existent, comme en Afrique du Sud avec  « Zabalaza Anarchist Communist Federation » compte aussi des membres au Swaziland et tient un centre social au camp Motsoaledi de Soweto. (Je ferai un billet spécifique sur l’anarchisme en Afrique)

Au même titre que notre camarade afro-américaine Lucy Parsons (1853-1942), esclave affranchie, qui a vouée sa vie au combat anarchiste, qui a mené des centaines de conférences, qui a crée avec son mari et quelques autres camarades l’International Working People’s Association, IWPA, qui a publiée des centaines d’articles, participé à la mise en place de la journée de 8H…etc ; nous devons continuer le combat, car dans la victoire de l’anarchisme, appelé aussi communisme libertaire, réside la victoire du prolétariat africain.

Le communisme libertaire, c’est le communisme sans passer par la prétendue « dictature du prolétariat », qui, nous l’avons vu, se transforme toujours en dictature tout court. Nous souhaitons la destruction immédiate de tout pouvoir politique ainsi que de tout l’appareil étatique lors d’une révolution sociale et l’instauration directe du communisme véritable. La différence aussi entre le communisme autoritaire (trotskysme…) et le communisme libertaire (anarchisme), c’est le rapport au travail. Les autoritaires sont obsédés par la production, le fait de produire. Nous autres libertaires, nous voulons abolir le salariat, les métiers et industries inutiles. Nous pensons que le travail ne doit pas être une fin en soi mais doit permettre de satisfaire nos besoins élémentaires. La vie est bien trop importante pour en gâcher 1/3 à bosser pour des clopinettes ; la vie c’est fait pour voyager, se cultiver, rencontrer des personnes, s’occuper de soi, de ses passions, créer, rêver… Ce n’est pas être aliéné.e à une tâche, à une machine, à un bureau… pendant plusieurs décennies !

Je ne vais pas proposer de solution à l’inclusivité, je ne suis pas là pour faire l’éducation des personnes blanches, démerdez-vous ! Cet article, je le dédie aux personnes qui subissent le racisme et plus particulièrement la négrophobie, tout comme moi. Je tiens à apporter ma pierre à un édifice que je veux bâtir avec vous tou.te.s, afro-descendant.e.s, noir.e.s, métis.ses… Construisons ensemble l’avenir libertaire !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :