Rassemblement en solidarité d’un camarade ce mercredi 13 décembre

Ce mercredi 13 décembre à 16h, un camarade de la CNT 25 passe en conseil de discipline à la fac. Ceci en rapport indirect avec les événements du 14 février. En effet, notre camarade a été visé par une plainte au CHSCT de l’Université, par une employée de ménage. Elle s’est depuis rétractée et nous avons appris par ailleurs que le doyen, monsieur Mariage avait presque tenu le stylo pour elle. Depuis, l’Université n’a pas eu de cesse de s’acharner sur le camarade, l’accusant de tous les maux. (affiches, tags, autocollants…) qui peuvent avoir été apposés par n’importe qui, mais les dirigeants de l’Université ont décidé que c’était lui ! Sans aucune preuve !

Moi, membre des 19 de la St-Valentin, affirme haut et fort mon soutien au camarade. J’appelle à un rassemblement lors de son « procès », demain, mercredi 13 décembre à 16h,  devant les locaux de la Présidence, place de la Révolution.

 

Venez nombreu.x.ses ! Faîtes tourner !

Publicités

Besançon : La SAIEMB veut l’expulsion du « Bol d’R » et réclame une condamnation très lourde !

Jean-Louis Fousseret et Danièle Poissenot. (photo du site macommune.info)

Pour rappel, le « Bol d’R » a été ouvert mi-octobre à l’initiative de militant.e.s du collectif « SOLidarité Migrants fugiés ». Situé dans un local laissé à l’abandon rue d’Arènes, il ouvre le temps de midi et le temps du souper. Il a vocation à accueillir les familles de réfugiés avec leurs enfants en journée, afin qu’ils aient un endroit où être au chaud, où ils peuvent cuisiner, discuter, trouver de l’aide pour leurs démarches. Il y a aussi un espace avec des jeux pour les enfants.

Tout ceci fonctionnait plutôt bien depuis plus d’un mois et demi, sauf que la SAIEMB, société immobilière dont la mairie est actionnaire majoritaire et dont la présidente est Danièle Poissenot, adjointe au maire Jean-Louis Fousseret, demande à la Justice l’expulsion du local alors même que le collectif a demandé à signer un bail.

Jusque là me direz-vous, rien de très surprenant étant donné qu’il s’agirait d’une occupation illégale selon les Lois qui régissent notre société. La où le bât blesse,  c’est que la SAIEMB sollicite :

  • une condamnation solidaire de 150€ par jour à compter de la décision à intervenir et jusqu’à la libération effective des lieux.
  • une condamnation solidaire de 565.60€ par mois à compter du 14 octobre 2017 jusqu’à évacuation. (loyers)
  • 50€ de frais de saisine de la Justice.
  • remboursement du PV de l’huissier : 288.09€ + le coût de l’assignation.

Soit un total à l’heure actuelle d’environ 1500€ !!

Qu’ont donc fait ces militant.e.s, si ce n’est se montrer solidaires envers d’autres êtres humain.e.s ? Comme d’habitude, la bêtise triomphe ! Qu’attendre d’autre de la part de gougnafiers pareils…

L’audience aura lieu au tribunal (rue Mégevand) le 12 décembre à partir de 9h30, salle E.

Venez nombreu.x.ses ! Partagez l’info !

SURPRISE ! Mardi 12 décembre – Rencontre avec Gaetano Manfredonia (auteur de l’Histoire mondiale de l’anarchie) : anarchisme et Lois scélérates

Réunion publique organisée par le groupe Proudhon de la Fédération anarchiste – Anarchisme et Lois scélérates – Avec la participation exceptionnelle de Gaetano Manfredonia, l’auteur de l’Histoire mondiale de l’anarchie.

Mardi 12 décembre – 20h30

Librairie L’Autodidacte – 5 place Marulaz – Besançon

Source : Groupe Proudhon – FA

Besançon : Trêve hivernale abrogée par le Maire – Trente familles privées de courant !

ALERTE !! Depuis le 7 novembre, une trentaine de familles ont été privées d’électricité à Besançon par l’infect maire LREM ex. PS, sa grotesque Majesté Jean-Louis Fousseret Ier et espérons-le, le dernier… Les enfants ont froid en cette période hivernale !

La Mairie n’est-elle pas au courant des textes pourtant promulgués au Journal Officiel ??? La discrimination à l’égard des gens du voyage, qui consistait entre autre à avoir un carnet de circulation, ce qui en faisait déjà des personnes suspectes, a été abrogée. Dans le cadre de la Loi « égalité et citoyenneté », les gens du voyage disposent maintenant des mêmes protections judiciaires que les sédentaires, à savoir « la trêve hivernale ».

Fousseret, confirmerait-il par sa municipale caduque, archaïque et ignorante cruauté, le qualificatif quelque peu venimeux de son ancien compagnon Rebsamen « gougnafier » ?

En attendant, des dizaines d’enfants et leurs parents sont sans électricité dans leurs caravanes, donc sans chauffage, en face des 408, sur un immense terrain vague, pour l’instant inutilisé. Leur avenir immédiat est gravement compromis du fait de la confiscation de leurs câbles d’alimentation qui les reliaient à un groupe électrogène en leur possession. Ainsi, pas de chauffage, pas de WC, pas de lumière… Un seul droit : une douche froide !

Ces populations déjà fortement discriminées n’ont donc qu’à subir ! Tellement ignoble ! Tellement révoltant ! Est-ce donc ainsi que l’on traite les humain.e.s en cette ville de Besançon ?

UNE HONTE NATIONALE !!!