Archives de Tag: fascisme

Dernière minute : Le 9 décembre à Strasbourg : Non au « Bastion social » !

S’inspirant du squat d’extrême-droite de Lyon, jeudi 23 novembre le GUD local a annoncé sa dissolution afin de former le « bastion social ». Cette association aura pour but de gérer un bar associatif identitaire qui ouvrira samedi 9 décembre à 15h à Strasbourg, en présence de plusieurs (in)dignitaires nationalistes (Belges et Lyonnais). Bien que des militants d’extrême-droite soient présents depuis longtemps, ils n’avaient encore jamais pu s’implanter à Strasbourg.

Nous appelons à participer à la marche anti-fasciste prévue simultanément entre 15h et 18h, RDV au Faubourg National. Strasbourg est la seconde ville touchée par ce mouvement, aussi comptons-nous sur une mobilisation d’ampleur pour le stopper.

Le STP 67

Source : interne


Fascisme : Novembre noir en Pologne

effigie-d'un-juif-bruléL’effigie d’un Juif tenant le drapeau européen brûle au milieu de la ville. Autour du bûcher, un   groupe de manifestants scandent des slogans anti-réfugiés et anti-européens.Ils brandissent des banderoles racistes. Les policiers présents sur les lieux ne bronchent pas et se contentent de regarder. C’est une scène nocturne surréaliste. On se croirait en Allemagne dans les années 30 du 20ème siècle. Mais cette scène se passe en Pologne, à Wroclaw, au milieu du mois de novembre de cette année. Et toute la Pologne a pu la voir sur les différentes chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux. Depuis l’arrivée au pouvoir du parti dit conservateur PIS (Droit et Justice) après les élections du 25 octobre 2015, les frustrés de la démocratie polonaise, les aigris, les racistes, les antisémites sortent au grand jour en étalant leur haine. Ils sentent qu’ils ont le feu vert: tout ce que le nouveau gouvernement  a dit ou fait en une semaine à peine au pouvoir va dans leur direction.

DRÔLE DE GRÂCE

Sous le nouveau régime, la première décision du président de la République, M. Andrzej Duda, a été de gracier un ancien ministre condamné en première instance et dont la cause est actuellement en appel. M. Mariusz Kaminski, ex chef du Bureau Central Anti-corruption a  été condamné au mois de mars de cette année à trois ans de prison et dix ans de non-éligibilité pour abus de pouvoir dans l’exercice de ses fonctions. Lui accorder la grâce présidentielle alors que sa peine n’est pas encore exécutoire revient à violer la Constitution et constitue une ingérence évidente dans le domaine de la justice. Cela n’a pas l’air de déranger le président nouveau-regiùepolonais: « C’est une mesure qui décharge le tribunal». Cet acte est ressenti comme un véritable camouflet non seulement par le juge qui s’est occupé de ce dossier mais également par ses collègues. Il augure mal de l’avenir de la séparation des pouvoirs en Pologne.

Dans la même veine, le parlement s’occupe actuellement du Tribunal constitutionnel. Dans la nuit du 25 novembre, il a annulé les nominations des juges choisis par le parlement précédent. Par ailleurs début novembre, le président du PIS, Jaroslaw Kaczynski a annoncé la refonte du système scolaire. Il entend supprimer les gymnases, c’est-à-dire les écoles intermédiaires entre le primaire et le secondaire, un système réintroduit dans l’éducation polonaise en 1999.Après la réforme, estime-t-il dans une interview au quotidien «Rzeczpospolita», « tous les élèves ne seront pas des génies mais ils seront disciplinés. » Entendez par là, obéissants au pouvoir en place. Car, selon la premier-ministre Beata Szydlo, le PIS entend former une nouvelle génération des Polonais dotée «  d’une identité nationale et patriotique forte. »

Premier pas dans cette direction: Mme Szydlo a décidé de supprimer les drapeaux européens lors de toutes les apparitions officielles du gouvernement. Pour elle, rien de plus beau que le blanc et rouge (pour rappel, sous le gouvernement précédent, ces drapeaux alternaient avec les drapeaux polonais).

TENTATIVE DE CENSURE

police-polognePar ailleurs, le nouveau ministre de la culture, M.Piotr Glinski (également vice-premier ministre du nouveau gouvernement) a réclamé l’interdiction du nouveau spectacle au Théâtre Polonais de Wroclaw car, sans l’avoir vu, il le juge pornographique. Il s’agit de la mise en scène d’une pièce de l’Autrichienne Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature 2004. La première de ce spectacle vient d’avoir lieu car le maire de Wroclaw ne s’est pas laisse intimider. Mais à l’entrée du théâtre, les spectateurs ont dû affronter un groupe de manifestants (parmi lesquels on reconnaissait les «brûleurs» de Juifs) entonnant des chants religieux et bloquant le passage. Cette fois, la police est intervenue pour rendre le lieu accessible.

Au final, 20 personnes ont été arrêtées, 12 passeront devant le tribunal.

LA TV PUBLIQUE EN LIGNE DE MIRE

Invité, deux jours après, à la TV polonaise, le ministre Glinski a refusé de répondre aux questions de la journaliste (portant notamment sur les raisons de sa volonté de censure). L’interview s’est mal passée. Manifestement, M.Glinski souhaitait profiter de son passage à l’antenne pour faire ex cathedra une déclaration «orbi et urbi». Mais la journaliste, Karolina Lewicka ne s’est pas laissée faire:  « Lorsqu’un politicien désire faire des déclarations, il convoque une conférence de presse. Ici, c’est une émission de débats, les politiciens connaissent ses règles et ils répondent aux question. » Hors de lui – et toujours Karolina Lewicka.en direct – le ministre de la culture a promis de faire de l’ordre à la télévision polonaise. « Cela ne se passera pas comme ça ! » A la sortie du studio, une équipe a suivi le ministre au vestiaire. Une journaliste (une autre) l’a bombardé de questions concernant ses compétences dans le domaine de la culture (c’est un technicien). Devant son mutisme, elle a lâché une dernière question : « Vous allez vous taire comme ça pendant les quatre prochaines années ? »

 

Cette non  in-interview a fait le tour des réseaux sociaux.

 C’est également d’abord par les réseaux sociaux que l’on a appris dès la fin de l’émission, que Karolina Lewicka a été suspendue dans ses fonctions de présentatrice par le directeur de la TV polonaise. Selon lui, elle avait rompu avec « les standards journalistiques » . Cette suspension sera cependant examinée le lendemain par la commission éthique.

Source : http://polognexpress.eklablog.fr/novembre-noir-en-pologne-a119397474


Clément Méric: 6 mois déjà !

clement-meric


Assassinat de Pavlos Fyssas (Killah P.) 34 ans, travailleur, militant antifasciste grec et artiste Hip-Hop, par un porc fasciste de « Chryssi Avghi » (Aube Dorée)

Quelques mois après l’assassinat de notre camarade Clément Méric par un porc de l’extrême droite radicale française, ce mardi 17 septembre aux alentours de minuit, Killah P. militant antifasciste grec a été assassiné dans la ville de Keratsini par un porc fasciste du parti Chryssi Avghi (Aube Dorée, parti grec ouvertement néonazi).

Un témoin oculaire raconte :

” aux alentours de minuit, un groupe de 15 à 20 fascistes, vêtus de noir – de vêtements de camouflage et de bottines militaires, s’est déployé dans la rue P. Tsaldari. Pendant ce temps, Killah P s’y promenait en compagnie de son amie et d’un autre couple. Il fut repéré par les fascistes qui lui crièrent : ” qu’est-ce que tu cherches? Tu sais qu’il n’y a pas de place pour toi dans ce quartier!”.

Alors qu’un groupe de fascistes chassèrent les couples de la rue P. Tsaldari vers l’avenue Gr. Lampraki, un autre groupe d’environ 10 fascistes arriva d’une autre rue et parvint à entourer les couples. Au même moment, d’une voiture arrivée par une rue en sens unique, sorti un type armé d’un couteau qu’il planta une fois dans le coeur et une fois dans l’abdomen de Killah P. (la blessure occasionnée à l’abdomen a la forme d’un “L”).

Toute la scène se déroula en présence de la police motorisée DIAS, qui n’intervint qu’après la dispersion des fascistes pour arrêter le meurtrier désigné par Killah P. en état de choc mais qui garda son doigt pointé vers celui-ci – un homme âgé de 55 ans, couteau en main, décrit par un autre témoin comme étant un membre connu de l’Aube Dorée. L’ambulance prit 35 minutes pour arriver sur les lieux et Pavlos fut déclaré mort à l’hôpital général de Nikaia.

Il n’est guère surprenant que la police, une fois de plus, n’agit pas pour empêcher les violences de l’Aube Dorée ( parti intentionnellement voyou qui s’en prend aux militants, aux travailleurs et aux pauvres, est largement soutenu par les capitalistes grecs, le gouvernement, l’église, et dont la moitié des membres de la police votèrent pour ce Parti néonazi) et même si elle ne participe pas activement dans l’organisation qui ressemble de plus en plus à un piège mortel pour les radicaux, les membres du syndicat des métallurgistes, les antifas et un artiste de Hip-Hop, qui agissent dans les quartiers de la classe ouvrière, à l’endroit même où, il y a 8 jours, des membres du parti communiste KKE furent également brutalement agressés par des membres néonazis de l’Aube Dorée.
Il est important de constater que les temps sont durs pour le gouvernement et leurs associés néo-nazis car même après les attaques perpétrées contre les anarchistes, les squatteurs, les luttes des travailleurs, le mouvement social retrouve un nouveau dynamisme dans les luttes actuelles des enseignants, des travailleurs hospitaliers, etc.

R.I.P camarade LA LUTTE ANTIFASCISTE CONTINUE !!

Des informations complèmentaires peuvent être trouvées sur Twitter : @antireport, #antireport, #KillahP @laHorde @LibertaireBesac

Article Original ici (en grec): Athens indymedia

EN MEMOIRE DU CAMARADE ANTIFASCISTE GREC FYSSAS PAVLOS

ASSASSINE PAR UN PORC FASCISTE:

RASSEMBLEMENT A BESANCON

SAMEDI 21 SEPTEMBRE

À 16H

PLACE DU HUIT SEPTEMBRE

 

 

Autres rassemblements en France et ailleurs:    

Paris: jeudi 19 septembre à 19h, place Saint-Michel

Lyon: jeudi 19 septembre à 18h30, place de la Comédie

Montpellier: vendredi 20 septembre à 18h30, place de la Comédie

Nicosie (Chypre) : jeudi 19 septembre à 18h30, Place Eleftheria

(N’hésitez pas à me communiquer d’autres rassemblements en France via twitter: @LibertaireBesac ou par mail: offensivelibertaire@riseup.net afin que je les ajoutent à cette liste)

 

D’autres articles sur la toile:

Travailleur antifasciste et artiste hip-hop assassiné par les nazis de l’Aube dorée au Pirée

Grèce : Pavlos Fyssas a été tué par les nazis

Paris : rassemblement pour Pavlos « Killah P », antifa grec assassiné

[Grèce] Attaques des locaux d’Aube Dorée et manifs émeutières après le meurtre d’un antifasciste

Quelques infos sur Aube Dorée :

Aube Dorée, sa promotion par les Médias, sa collaboration avec la police et la lutte antifasciste en .

Aube dorée n’a jamais été en dehors de la société. Ils ont entretenu des liens avec quelques riches armateurs grecs et avec les anciens responsables de la dictature

Grèce : dans les griffes d’Aube dorée

Les Black Panthers s’opposent à Aube Dorée


Athènes : Deuxième texte des 15 antifascistes arrêtés

Voici le deuxième texte (publié le 18 octobre 2012) des 15 antifascistes arrêtés pendant la patrouille antifasciste à moto,  le 30/9.

“Aujourd’hui l’État a déclaré la guerre civile; ceux que les couteaux des fascistes ne tuent pas, sont envoyés en prison par les décisions de justice de la junte.

Nous appelons ceux qui luttent et qui ressentent que DIGNITÉ, SOLIDARITÉ, ÉGALITÉ ET LIBERTÉ ne sont pas des mots vides de sens mais une façon de vivre, à prendre conscience du moment historique que nous vivons et à agir en conséquence.

LES IDÉES ne peuvent être ni réprimées, ni emprisonnées.

« Les 15 arrêté-e-s antifascistes.”

Ces derniers temps les indices se multiplient de plus en plus pour prouver que les faux-semblants de démocratie que l’Etat utilise commencent à devenir tant troubles que flous. Le choix de l’attaque répressive sur tous les fronts non seulement contre ceux qui choisissent le chemin de l’affrontement direct mais aussi contre ceux qui demandent simplement l’évident, montre que nous ne pouvons en rien parler comme nous le faisions il y a 5, 10 ou plus d’années encore. La crise économique continuelle qui pousse de plus en plus de personnes dans la misère et la pauvreté alors que le cannibalisme social se renforce, la violence au sein d’une même classe et la montée du fascisme montrent une effervescence sociale dont personne n’est en mesure de dire avec certitude où elle mènera et dans quelle condition.

Face à une possible explosion sociale TOTALE, l’État durcit les conditions de répression, de contrôle et d’intimidation alors qu’en parallèle il renforce son arsenal juridique en vue de garder de plus en plus de personnes comme “otages judiciaires”. Les conditions sont connues et se répètent. Interdiction de manifestations ou de rassemblements, répression des mobilisations de grève, violence brutale à l’encontre des manifestants et des grévistes, publication de photographies et de données personnelles (des manifestants arrêtés), expulsion d’occupations et de lieux sociaux, attaque des forces de police dans les écoles et les universités, arrestations, interpellations etc., la liste est longue et n’a d’égale que leur perversité.

En même temps, des gangs fascistes sont soutenus afin qu’ils “nettoient” les arrières, qu’ils “balaient” là où la main de l’Etat n’atteint pas. Et avec les pogroms contre migrants, gauchistes ou anarchistes, les incendies de maisons, de magasins ou de lieux de rencontre, les coups de couteau et les tabassages, l’extrême droite se présente comme antisystème, comme une nouvelle proposition alternative. Ce qui doit sans cesse être souligné, c’est que le fascisme n’a JAMAIS proposé quelque chose de nouveau dans les sociétés humaines; il est TOUJOURS arrivé comme une béquille de l’Etat et dans des périodes de crise (économique, systémique ou politique) il s’est toujours chargé de soutenir les choix dominants, de “donner du temps” à l’État pour se replier et dépasser ses turbulences.

C’est dans ces conditions que nous avons décidé en tant que personnes en lutte, anarchistes, antifascistes, de participer à la manifestation antifasciste à moto le 30/9, qui commencerait de la place Exarchia et passerait par les quartiers où ces derniers temps, ont eu lieu de plus en plus d’attaques violentes racistes-fascistes contre les migrants. Afin de soutenir, de briser la peur quotidienne, de donner du courage et de la force mais en même temps de proposer un projet d’auto-organisation et de résistance à ces personnes qui vivent chaque jour le racisme dans leur peau. De même nous souhaitions montrer que la société grecque dans son entier ne se “fascise” pas, qu’il existe des personne qui croient et luttent pour L’EGALITÉ, LA LIBERTÉ, LA DIGNITÉ, LA SOLIDARITÉ.

La manifestation à moto subit une attaque féroce des forces de répression à moto et après les tabassages, 15 personnes sont arrêtées, torturées et provisoirement détenues pour des accusations lourdes. Rappeler les événements lors de notre arrestation et séjour à GADA (le quartier général de la police d’Athènes) pendant 5 jours, n’est pas le but du présent texte et nous ne voulons renforcer aucune logique de victimisation. Pour ceux qui ne le savent pas encore : le pouvoir attaque en utilisant toutes sortes de moyens; il nous déclare la guerre et dans cette guerre il y aura des pertes et des épreuves à traverser.

Ce qui a cependant une importance particulière, c’est le climat de guerre civile qui est de plus en plus cultivé tant de la part des institutions que de celle des corps de police, et dans ce cas particulier, des gangs de flics en uniforme (et pas seulement). La référence constante à Grammo et à Vitsi*, à la guerre civile et à nos grands-pères montre clairement où cette histoire nous emmène. Ils essaient de terroriser des personnes qui luttent, de les jeter dans l’illégalité ou la peur (ils nous ont menacés de nous rendre visite chez nous) parallèlement aux menaces de mort directes et autre conneries…

Dans ce même climat de guerre civile, le parquet intensifie, de son côté, l’effort d’intimidation avec des menaces de détentions provisoires, abolissant donc en substance leur propre code de procédure pénale que le parquet est censé suivre et défendre.

MAIS CEPENDANT…

Conscients de l’importance du moment historique, de notre dette envers nous-mêmes mais aussi envers l’histoire, nous ne pouvons que crier PAS UN PAS EN ARRIÈRE !!!

Rassemblons-nous et ramassons ce gant de défi au combat qu’ils nous jettent et balançons le leur à la gueule. Renforçons chaque foyer de résistance et de lutte, tout ce qui combat la barbarie qu’ils nous imposent. Organisons la férocité de la dignité humaine…pour nous, pour tous.

“…Lors de la marche, nombreux moururent ou restèrent otages dans les mains de l’ennemi et de nombreux autres furent mis à l’écart de la bataille ou furent blessés et ils ne feront plus apparition dans de telles rencontres. Il est même arrivé que le courage quitte certains et qu’ils se retirent mais jamais, j’ose le dire, notre formation n’a dévié de son chemin, jusqu’à tomber dans le cœur même de la catastrophe…”

SALUTATIONS DE LUTTE AUX ARRÊTÉS ANTIFASCISTES DE PATRAS

AUX 4 PERSONNES SOLIDAIRES ARRÊTÉES À EVELPIDON (tribunal d’Athènes)

À TOUS NOS COMPAGNONS SOLIDAIRES EN GRÈCE ET À L’ÉTRANGER

RIEN N’EST FINI
TOUT CONTINUE

Les 15 anarchistes, antifascistes, combattant-e-s
(quelques-uns d’entre eux, fiers petits enfants des brigands anarcho-communistes)

* Deux montagnes dans le nord de la Grèce où l’Armée Démocratique de Grèce (Dimokratikos Stratos Ellados, DSE) a souffert d’importantes pertes dans les batailles en 1949 ; le reste des forces de l’Armée Démocratique a du par la suite s’enfuir en Albanie alors que la Guerre Civile grecque était finie en termes militaires.

Source: indymedia Athènes traduit du grec par Contra Info


Police contre antifascistes grecs-ques!!!

 

« La police a fait tomber de leur moto les antifascistes et s’est mise à les rouer de coups »

« Les voyous d’Aube Dorée ont cassé la vitrine d’un magasin qui, manifestement, appartenait à des immigrés »

« Les personnes arrêtées par la police ont été battues, ont reçu des tirs de Taser, et ont même été brûlés par des mégots de cigarettes »

deux vidéos : http://www.youtube.com/watch?v=aGrW_ZTHPNY

http://www.youtube.com/watch?v=QWSS4Cm6vFw

Source: http://lesazas.org/2012/10/10/police-contre-antifascistes-grecs-ques/


Le parti néo-nazi grec Aube Dorée s’installe à Montréal

Le 19 août, une conférence sur le « trouble social en Grèce » a été organisée au Centre Saint-Pierre à Montréal avec entre-autres des conférenciers du parti néo-nazi grec Aube Dorée.

Aujourd’hui on nous informe qu’une section locale du parti néo-nazi Aube Dorée se serait installée à Montréal. Samedi, ils organiseront une collecte d’aliments et de médicaments pour les envoyer au parti Aube Dorée, qui seront distribués uniquement aux « grecs de souche ».

L’évènement a été annoncé dans le journal hellénophone VIMA à Montréal et indiquait avoir lieu au 6992 av. du Parc entre 10H et 16H. Les néo-nazis ont pris la peine d’organiser leur évènement en face d’un poste de police pour s’assurer de ne pas être dérangés.

Rectificatif : L’adresse indiquée dans le journal n’était pas la bonne. La collecte de dons aura lieu devant le Hermès Overseas Transport (HOT) au 6692 ave du Parc (à côté de l’ancienne allée de quilles). Quelqu’un a parlé avec la réceptionniste, qui a dit qu’elle ne s’inquiétait pas trop de leurs motivations, « we’re just doing the shipping ». 
Le numéro de téléphone de la compagnie est (514) 270-1961, si vous voulez leur faire part de vos inquiétudes. 

Voici une photo de l’article publié dans le journal en question :

 

Conférence du parti néo-nazi Aube Dorée

La salle était louée par Maxime Taverna du groupe Trouble Makers et de l’organisation La Bannière Noire. Plusieurs personnes répertoriés sur notre site y étaient présents, notamment des militants du groupuscule néo-nazi Faction Nationaliste ainsi que Jonathan Stack (chanteur du groupe Trouble Makers) et Simon Brisebois (chanteur de Coup De Masse)

Voici une photo de la conférence tirée de la page Facebook d’un membre de Faction Nationaliste :

On y aperçoit clairement le drapeau de la Grèce sur la table de conférence.

 

Informations sur Aube Dorée

Aube Dorée (Hrysi Avgi) est un parti politique néo-nazi bien installé en Grèce. Aux dernières élections le parti a réussi à faire élire 18 députés au parlement.

Dans un article du magasine d’Aube Dorée, l’éditeur Michaloliakos a écrit un article ayant pour titre « Hitler pour 1000 années » faisant l’apologie du nazisme et de la suprémacie blanche. (Source)

We are the faithful soldiers of the National Socialist idea and nothing else » and « […] WE EXIST, and continue the battle, the battle for the final victory of our race1987, 42 years later, with our thought and soul given to the last great battle, with our thought and soul given to the black and red banners, with our thought and soul given to the memory of our great Leader, we raise our right hand up, we salute the Sun and with the courage, that is compelled by our military honor and our National Socialist duty we shout full of passion, faith to the future and our visions: HEIL HITLER!

En juillet, le parti Aube Dorée a commencé des collectes de sang pour créer sa propre banque de sang strictement réservée aux Grecs de souche afin d’en « préserver la pureté ». Le parti a placardé la ville d’affiches appelant les Grecs à ne donner leur sang qu’aux Grecs.

Dans son programme politique officiel, le Parti prévoit expulser tous les immigrés de Grèce ainsi que l’élimination des homosexuels, des handicapés, des malades mentaux, des toxicomanes et des alcooliques incurables. Les militants du parti agressent fréquemment des immigrés et des homosexuels.

Un des députés, Artemis Matthaiopoulos, est aussi le chanteur du groupe néo-nazi « Pogrom » qui font des chansons avec pour noms, entre-autres, « Auschwitz » ou « fuck Anne Frank ».

Les différentes publications du parti, ses membres et les structures affiliées, font fréquemment usage d’une symbolique plus ou moins ouvertement néonazie1,14 (saluts fascistes15, croix gammées stylisées16, utilisation du méandre noir sur un drapeau rouge, le tout rappelant le drapeau nazi). Les publications sur papier et les sites en ligne comportent de nombreux articles et photographies concernant des organisations ou des personnalités liées au Troisième Reich, comme la SS ou Magda Goebbels17 par exemple.

Nikólaos Michaloliákos, fondateur du parti, s’est fait remarquer en faisant un salut nazi au conseil municipal d’Athènes, où il a été élu en novembre 201013.

Ses militants se font également remarquer pour des agressions, armés de barres de fer, contre les immigrés, avec une complicité de la police19 ainsi que la formation d’escadrons visant à attaquer des militants de gauche.

Le 14 mai 2012, Nikólaos Michaloliákos, le chef du parti, a remis en cause la mort des six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale au cours d’une interview accordée à une chaîne de télévision, niant l’existence des chambres à gaz et des fours crématoires dans les camps de concentration nazis26.

Plus d’informations :

Source: http://www.fachowatch.com