Archives de Tag: federation anarchiste

SURPRISE ! Mardi 12 décembre – Rencontre avec Gaetano Manfredonia (auteur de l’Histoire mondiale de l’anarchie) : anarchisme et Lois scélérates

Réunion publique organisée par le groupe Proudhon de la Fédération anarchiste – Anarchisme et Lois scélérates – Avec la participation exceptionnelle de Gaetano Manfredonia, l’auteur de l’Histoire mondiale de l’anarchie.

Mardi 12 décembre – 20h30

Librairie L’Autodidacte – 5 place Marulaz – Besançon

Source : Groupe Proudhon – FA

Publicités

#Besançon : Rassemblement antimilitariste – 11 novembre

Comme tous les ans, un rassemblement à lieu le 11 novembre pour dénoncer les crimes de l’armée, l’atrocité des guerres et pour rappeler que le prolétariat, décimé au cours des multiples guerres du capitalisme, n’a pas de patrie.

affiche-11-novembre-antimilitariste-besancon

Rendez-vous donc, le 11 novembre à 11h au 11 rue Battant. Rdv aussi un peu plus tôt, à 10H rue Bersot.

 

Source : Groupe Proudhon


La rentrée libertaire a commencée à Besançon

Voici le programme de la rentrée libertaire bisontine 2013 :

image


St Imier: Rapide compte-rendu de la rencontre internationale de l’anarchisme

Saint-Imier  La Rencontre internationale de l’anarchisme a attiré au moins 3.000 personnes de jeudi à dimanche à Saint-Imier, dans le Jura bernois. Les participants sont venus des cinq continents et avant tout d’Europe, a expliqué à Sipa Michel Némitz, responsable de la coopérative Espace Noir.

 

L’événement aura été riche tant en termes de convivialité que par ses aspects culturels et politiques,

selon Michel Némitz. « L’entente a été assez extraordinaire entre les gens du coin et les anarchistes ». Certains habitants de la région ont eu l’occasion de changer leur opinion sur ce que sont les anarchistes, que se sont révélés des personnes sympathiques et cultivées.

Michel Némitz souligne la qualité des débats et des rencontres, qui devraient déboucher sur des projets de dimension internationale. La réunion de clôture n’a pas permis d’aboutir à l’adoption d’une résolution politique commune. Constituées de revendications libertaires, plusieurs déclarations émanant de différentes organisations ou de groupes spontanément ont toutefois été élaborées.

La manifestation commémorerait les 140 ans du congrès de la première internationale « antiautoritaire » qui a eu lieu en 1872 à Saint-Imier. La localité fait figure de berceau de l’anarchisme. Tandis que l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) est fondée en 1864, des sections se créent rapidement dans la région, à la Chaux-De-Fonds, au Locle, à Saint-Imier et dans le reste du Jura suisse. Beaucoup d’ouvriers qui y adhèrent sont encore des travailleurs à domicile. Lorsque Mikhaïl Bakounine vient dans la région en 1869, la Fédération jurassienne devient le pôle libertaire de l’AIT qui s’oppose à la tendance marxiste.

Source: http://www.romandie.com

Illustré par le LB


À la découverte de la fédération anarchiste Tunisienne

Nous, anarchistes de la TUNISIE, réunis à la Fédération anarchiste, sommes conscients de la nécessité de l’organisation spécifique. Nous propageons nos idées et voulons réaliser une révolution radicale et globale, à la fois économique et sociale, afin que soient détruites les sociétés fondées sur la propriété privée ou étatique des moyens de production et de la distribution, toutes les exploitations, l’ignorance et la misère, ainsi que les rapports d’autorité.

Nos objectifs

Les anarchistes luttent pour une société libre, sans classe ni État, ayant comme buts premiers :

  • L’égalité sociale, économique de tous les individus.
  • La possession collective ou individuelle des moyens de production et de distribution, excluant toute possibilité pour certains de vivre en exploitant le travail des autres.
  • L’égalité dès la naissance des moyens de développement, c’est-à-dire d’éducation et d’instruction dans tous les domaines de la science, de l’industrie et des arts.

 

  • L’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs, faite et modifiable selon la volonté de leurs composants.
  • La libre union des individus selon leurs convenances et leurs affinités.
  • Le droit absolu pour tout individu d’exprimer ses opinions.
  • L’abolition du salariat, de toutes les institutions étatiques et formes d’oppression qui permettent et maintiennent l’exploitation de l’homme par l’homme, ce qui implique la lutte contre les religions et les mysticismes, même s’ils se cachent sous le manteau de la science, contre le patriotisme et pour la fraternisation de tous les groupes humains, et l’abolition des frontières.

C’est la société entière que nous voulons reconstruire sur une base de respect et d’entraide, non pour un individu, une classe ou un parti, mais pour tous les individus ; la question sociale ne pouvant être résolue définitivement et réellement qu’à l’échelle mondiale.

Notre rôle

L’anarchisme est un objectif de société globale, un idéal, mais aussi les moyens pour y parvenir, ceux-ci étant basés sur les mêmes principes organisationnels et éthiques :

fédéralisme et entraide. En tant qu’individus conscients de leur exploitation, les anarchistes entendent lutter avec tous les exploités contre tous les gouvernements, reconnaissant ainsi l’existence de la lutte des classes dont la finalité doit être l’instauration d’une société anarchiste.

Nous devons faire en sorte que les classes sociales exploitées accèdent à la capacité politique nécessaire à leur émancipation. Ce sont les classes exploitées qui réaliseront la société anarchiste, car les exploiteurs ne se laisseront jamais déposséder et emploieront toutes leurs forces, même brutales, contre l’émancipation des travailleurs.

La seule propagande des idées étant insuffisante, la participation aux luttes continuelles revendicatives et émancipatrices s’avère nécessaire pour que les individus veuillent toujours plus et mieux, jusqu’à atteindre une situation de rupture qui permettra leur émancipation totale.

Nous devons inciter les travailleurs et l’ensemble des exploités à combattre les médiations qui vont à l’encontre de leurs intérêts de classe, et à opter pour l’action directe (c’est-à-dire pour des actions décidées et menées sans intermédiaire), et sa coordination sur le mode fédéraliste.

Ennemis de tout despotisme, les anarchistes repoussent toutes les théories autoritaires dont celles inspirées du marxisme, du cléricalisme, du monarchisme, du fascisme, du libéralisme bourgeois et de tout autre.

La révolution est nécessairement constituée de phases destructrices des institutions d’oppression et de phases constructives de la société nouvelle. Cette société, nous voulons qu’elle soit gérée par tous et qu’elle s’instaure dès le début sur la base de structures anarchistes.

C’est pourquoi la Fédération anarchiste se doit être un outil adapté pour la révolution, jusqu’à la concrétisation des objectifs précédemment définis.

Engagement militant

La Fédération anarchiste est une organisation regroupant des militants conscients idéologiquement et pratiquement, ayant connaissance des différents aspects de l’anarchisme et de la Fédération anarchiste. Elle est organisée sur le principe du libre fédéralisme conservant aux groupes et individus qui la composent leur autonomie dans le cadre des Principes de Base. C’est à tous les militants qu’il appartient de la faire progresser, car elle ne reconnaît pas en son sein la division dirigeant/exécutant.

La participation effective des militants aux œuvres collectives de l’organisation est un principe d’éthique et de solidarité qui ne nuit pas pour autant au principe de liberté.

Le fédéralisme de la Fédération anarchiste permet le pluralisme des idées et actions compatibles avec ses principes.

Tout ce qui précède ne peut évidemment indiquer que les grandes lignes des buts poursuivis par les anarchistes. Il sera nécessaire, pour les approfondir, de prendre connaissance des écrits anarchistes et de suivre les travaux des groupes.

L’action de la Fédération anarchiste

L’action de la Fédération anarchiste est basée avant tout sur la défense des exploités et sur leurs revendications révolutionnaires ; mais sans que soit perdu de vue le fait que ce sont à la fois les classes et les positions d’esprit qui s’opposent à l’anarchie.

Cette action est menée sur tous les plans de l’activité humaine, selon les vues et les moyens de chaque tendance.

Pour cette raison, la Fédération anarchiste reconnaît :

  • La possibilité et la nécessité de l’existence de toutes les tendances libertaires au sein de l’organisation.
  • L’autonomie de chaque groupe.
  • La responsabilité personnelle et non collective.

L’organe du mouvement, le Monde Libertaire, ne peut être l’organe d’une seule tendance ; celles-ci ont donc toute possibilité d’éditer des organes particuliers, avec l’assurance que l’organe du mouvement leur accordera toute publicité, ainsi d’ailleurs qu’à toute activité s’exerçant dans le cadre de la culture, de la recherche, de l’action ou de la propagande anarchiste.

Des relations cordiales, compréhensives, avec les mouvements allant dans le sens anarchiste sur un point particulier.
La révocabilité des secrétaires et mandatés.

Enfin, lorsqu’une tendance engage une action, dès que cette action n’est pas contraire aux idées de base de l’anarchisme, les autres tendances, si elles ne sont pas d’accord pour participer à cette action, observent à son égard une abstention amicale. La critique de cette action demeure libre après l’événement.

Les groupes ont la faculté de se donner l’orientation de leur choix : anarcho-syndicalisme, communiste-anarchiste, néo-malthusienne, anarcho-pacifiste…

Ils ont naturellement la possibilité de cumuler toutes ces tendances ou de ne se déclarer d’aucune.

Des régions peuvent être formées et ne peuvent être que sur l’initiative des groupes la composant, le Comité des Relations ne pouvant apporter que des suggestions dans ce domaine.

Source: (page FB du groupe FA Tunisie https://www.facebook.com/pages/f%C3%A9d%C3%A9ration-anarchiste-de-la-tunisie/214333758613382