Des nouvelles de mon procès

Tout d’abord je tiens à remercier les personnes présentes pour me soutenir ainsi que les personnes non-présente qui m’ont communiqué leur soutien sous diverses formes.

Le procès en lui même a été très rapide, le verdict doit tomber le 21 juin mais normalement il devrait y avoir au mieux : prescription des faits, au pire une amende symbolique de 1€. Le but étant d’après ce qu’on m’a fait comprendre de pouvoir me gronder en place publique.

J’en prend note…

LA  LUTTE CONTINUE ! LA LUCHA SIGUE !

De l’abstention à l’anarchie – Tract des libertaires de Besançon

Je n’ai pas eu l’occasion de publier ce tract qui a été réalisé collectivement pour le 1er Mai. Mais avec les législatives qui approchent, il est toujours d’actualité. Il est signé par l’ensemble du milieu libertaire (CNT 25, Groupe anarchiste solidaire, Groupe Proudhon, des autonomes), je le reproduit ici. Puisse t’il vous donner du grain à moudre…

De l’abstention à l’anarchie

S’abstenir, oui mais pourquoi ?

 Face au manque de confiance de plus en plus évident, envers le système politique en place, de plus en plus de gens, conscient.e.s chacun.e à leur façon, s’abstiennent d’aller voter. Même si le discours républicain, omniprésent, décrit les « abstentionnistes » comme des feignant.e.s ou des irresponsables désintéressé.e.s, nous savons que beaucoup de celles et ceux qui refusent d’élire ont une réelle conscience politique. Que ce soit par écœurement de la « politique politicienne » (promesses, mensonges, opportunisme carriériste, affaires judiciaires et autres frais de bouche indécents) et/ou par une forme de lucidité motivée par un idéal politique, comme l’anarchie, les raisons de ne pas se soumettre au jeu électoral sont multiples. En tant qu’anarchistes, nous n’oublions pas que l’abstention, loin d’apporter une solution immédiate, reste néanmoins une façon de ne pas donner son accord, son adhésion à cette forme d’organisation politique qu’est la démocratie dite « représentative ». En effet, moins le taux de participation au scrutin est élevé, moins les candidat.e.s, quel que soit leur score, se trouveront légitimes dans leur tentative de prendre le pouvoir.

Donc on ne vote pas, mais après ?

 L’abstention est loin d’être une fin en soi, c’est un moyen d’expression contestataire, mais pas un moyen concret d’avancer. Si nous, anarchistes, refusons pour la plupart de voter, c’est parce que, à l’opposé de la démarche électorale, nous préférons lutter par nous-mêmes, de façon concrète et active. Le temps et l’énergie que nous investissons quotidiennement dans des mobilisations contestataires et / ou solidaires, représentent à nos yeux la meilleure résistance possible contre le capitalisme, tout en démontrant dès aujourd’hui qu’une organisation autogestionnaire est possible, en plus d’être souhaitable. Pour nous, cet engagement est bien plus efficace et prometteur pour l’avenir, que ne peut l’être l’élection d’un.e chef, aussi bien d’un point de vue politique que pour des avancées concrètes dans nos vies personnelles. Nous pensons que la libération des individu.e.s et l’égalité sociale ne s’obtiendront que par les luttes solidaires des classes dominées. Les congés payés, la limitation du temps de travail hebdomadaire, le salaire minimum, les systèmes de solidarité comme le financement des retraites, sont quelques exemples de droits acquis suite à de nombreuses luttes. L’État-providence n’est pas un cadeau que nous auraient fait les dirigeant.e.s, par altruisme ou philanthropie. Il n’existe que parce qu’il a aidé à contenir les révoltes.

 Alors on fait la révolution, mais après ?

 Nous ne prétendons pas avoir de solutions toutes faites et toutes prêtes, qu’on diffuserait comme une vérité dogmatique. D’ailleurs, une telle attitude s’apparenterait bien plus à l’approche des partis politiques, voire à celle de la « mouvance » conspirationniste. Nous pensons que l’expérimentation est un principe nécessaire à une progression politique et sociale, sur des bases autogestionnaires. Nous la développons déjà quotidiennement dans les organisations de nos groupes, syndicats, squats, et dans nos relations humaines en général.

Donc l’autogestion c’est quoi ?

 La forme d’organisation sociale et politique que nous promouvons repose sur le principe d’horizontalité (absence de hiérarchie), indispensable pour traiter toute personne de façon égalitaire, et nous préserver du pouvoir qui découle des statuts de « supérieur.e.s ». Un autre élément central est l’exigence d’une participation des individu.e.s dans le processus de prise de décisions, au sein d’assemblées générales (discussions collectives), afin de ne pas abandonner ce droit et ce devoir à d’autres.

Un des principes fondamentaux de l’autogestion est aussi que tout mandat soit impératif et révocable. C’est à dire que quand quelqu’un.e est élu.e, c’est pour une tâche bien précise qu’il ne peut pas outrepasser, et que la personne peut être démise de son mandat à n’importe quel moment, si on estime qu’elle ne fait plus ce qu’on lui a demandé.

C’est un des gros défauts dans l’organisation électorale que nous contestons : donner tout le pouvoir à une personne pendant cinq ans, sur la base d’un programme qui ne nous convient déjà pas au départ, et que rien ne l’oblige à mettre en application par la suite.

Selon nos principes de base, toutes les décisions sont prises en assemblées générales, assemblées auxquelles tout le monde a le droit de participer, et a exactement les mêmes droits et les mêmes pouvoirs que toutes les autres. Certes, on choisit quelques personnes au début de chaque assemblée pour former un bureau chargé d’organiser les discussions, mais justement, avec un mandat impératif et révocable. Nous considérons que c’est sur ces bases-là qu’on peut parler de démocratie.

OK, mais comment on s’organise dans l’espace ? Si il n’y a plus d’État, il n’y a plus de pays ?

 Par le fédéralisme, sans pour autant reproduire le système suisse ou américain. Par exemple, on pourrait très bien construire une société dans laquelle différents groupes se réuniraient en assemblées générales. Les principaux axes de regroupement seraient les lieux de production et les lieux de vie (quartiers, villages), mais on peut très bien en imaginer d’autres. Chaque personne concernée par sa propre situation (en tant que travailleur.euse, habitant.e ou n’importe quel autre critère d’appartenance posant un problème social) pourrait alors s’exprimer et prendre part aux décisions qui impacteront ensuite ses conditions de vie. Entendu de cette façon, le travail serait radicalement différent de ce qu’il est aujourd’hui pour la majorité des gens, c’est à dire un monde où règnent la pénibilité, la peur, l’égoïsme, le harcèlement sexuel, et le manque d’utilité et donc de reconnaissance sociale.

Nous sommes tout à fait conscient.e.s qu’une fois que le capitalisme sera détruit, il faudra quand même bien produire de quoi vivre. Mais l’avantage du modèle d’organisation que nous défendons, c’est que tout le monde pourra participer aux décisions d’investir, ou pas, nos forces de travail dans telle ou telle ressource ou telle ou telle cause jugée utile et prioritaire.

Ces assemblées locales pourront se concerter dans des assemblées régionales, avec ces fameux.ses mandaté.e.s impératif.ve.s et révocables, qui pourront à leur tour mandater et se concerter dans des assemblées elles mêmes à plus grande échelle, c’est à dire nationales, continentales, voire mondiales… sans que le pouvoir sur les décisions ne passe dans les mains de quelques-un.e.s.

Super principe, mais ça ne risque pas de prendre beaucoup de temps ?

 Si, en effet ce système demande nettement plus de temps. Mais si on veut tou.te.s avoir notre part de pouvoir pour réellement peser dans l’organisation collective et avoir notre légitime « part du gâteau », il faut

s’investir beaucoup plus que de mettre un papier dans une boite tous les cinq ans. Par exemple, si le pouvoir était réparti équitablement, on ne dépenserait pas toutes ces forces à construire des produits de luxe pour les riches. Qui, à l’heure actuelle, peut s’acheter une Porsche? Qui se déplace fréquemment en avion au point de vouloir construire un nouvel aéroport comme celui de Notre Dame des Landes?

La haute bourgeoisie ou les « très très riches », en possédant la plus grande partie du capital, orientent la production dans les secteurs qui les intéressent et qui génèrent le plus de profits, même si cela passe par des guerres ou un recul de nos conditions de vie.

Dans une société libertaire, l’obsolescence programmée, qui consiste à prévoir un dysfonctionnement inévitable afin de créer une panne et contraindre les gens à racheter de nouveaux biens de consommation, n’existerait tout simplement pas. Nous produirions utile et efficace pour que personne ne manque de rien de fondamental. En sélectionnant ainsi nos priorités sociales et économiques, on pourrait dégager suffisamment de temps pour nous consacrer à une vraie citoyenneté. Cet élan citoyen devrait nécessairement s’accompagner d’une refonte de l’école, laquelle laisserait une place importante pour une réelle instruction civique des enfants et des adolescent.e.s, orientée vers l’apprentissage de la réflexion politique et de l’organisation collective.

Voici quelques principes de base théorisés, et surtout utilisés concrètement, par les anarchistes depuis maintenant plus d’un siècle. Nous ne sommes pas contre tout, nous n’allons pas manifester ou organiser des  actions juste pour le plaisir de caillasser quelques flics (même si ça peut largement se comprendre) ; nous avons un projet concret derrière tout ça, trop souvent occulté par les partis politiques, les médias et aussi par les groupes non libertaires avec qui nous sommes alliés sur certaines causes. C’est pourquoi nous prenons aujourd’hui la peine d’expliquer quelques-uns de ces principes qui définissent l’anarchie, trop souvent ignorés des gens lorsqu’on leur parle de ce mouvement politique.

Et si je veux essayer tout ça, ou si je veux en savoir plus, je fais comment ?

Différents groupes anarchistes publient et vendent des journaux, des livres, mettent des documents et des ressources à disposition, organisent des rencontres, des projections, des discussions ou simplement des permanences. Si tu es intéressé.e, tu peux t’adresser à la librairie L’ Autodidacte, située place Marulaz à Besançon, lors de ses permanences.

Vive la révolution, vive l’autogestion, vive l’anarchie !!!

Besançon : l’appel du 7 juin… Procès d’un résistant, parmi d’autres

 Je suis convoqué devant le tribunal correctionnel le 7 juin à 13h30 (TGI de Besançon – rue Mégevand) pour avoir, par des écrits, exprimé mon ressenti quant à l’expulsion de la famille Feraj cet automne. Dans mon billet, j’avais employé des termes qui me sont reprochés. Voici la déclaration que je compte faire devant la Cour.

Introduction

 Je voudrais tout d’abord vous assurer de ma sidération d’être convoqué ce jour devant le Tribunal. En effet, les faits qui me sont reprochés ne sont à mon sens, non délictueux. Il est vrai que je suis le rédacteur du journal en ligne  » Le Libertaire Bisontin  » où s’exprime des idées affirmées. Toutefois, pour des raisons que j’expliciterai ci-après, ce média n’est pas porteur de diffamations ni d’invectives, il s’agit d’exprimer des opinions, certes radicales, mais en phase avec une actualité qui paraît pour le moins étonnante. Mon plaidoyer va donc s’appuyer sur des faits, des témoignages et d’autres éléments de réflexion. Je demande à la Cour de porter attention aux arguments qui sont les miens.

 Suite à l’expulsion particulièrement honteuse de la famille Feraj l’automne dernier, je me suis senti le droit sinon le devoir de faire part au grand jour de ma consternation et de ma désapprobation. Alors que j’observais une grève de la faim depuis quatre jours en place publique, fatigué, stressé, sollicité en permanence, notamment par le milieu associatif local et international. J’ai fait alors apparaître une légitime colère.  Dans un billet un peu virulent je dénonçais les méthodes du secrétaire du préfet, mr Setbon, ce qui me vaut le désagrément d’être ici convoqué.

 Je tiens à rappeler que les pratiques sociétales de l’Albanie sont bien différentes du cadre légal de la France. Là-bas il existe une loi tacite  » la loi  du Kanun  » issue du droit coutumier médiéval, pas si éloignée de la vendetta corse ; ces rites permettent à un membre d’une famille qui se dit lésée la suppression physique des individus dotés d’un appareil reproducteur masculin de la famille adverse, enfants comme adultes ! Mettant ainsi en cause la survivance de toute une lignée.

 Quant à la référence à  » Iznogoud « , elle est tirée d’une bande-dessinée bien connue, non censurée et accessible à toutes/tous, y compris le public mineur qui trouve là sujet à rire et non à avilir.

 Certes, des mots tels que :  » pourriture  »  » portefaix  » peuvent paraître méprisants, ainsi que  » petit être répugnant « , mais l’état de fatigue et d’exaspération lié à mon engagement physique (grève de la faim) et moral ont fait de moi un porte-parole quelque peu turbulent.

 Pour d’autres termes incriminés tels que  » menteur professionnel « , les réseaux associatifs de soutien aux demandeurs d’asiles ont été avisés du retour du père et des enfants Feraj tandis que la mère était à l’hôpital J. Minjoz et que mr Setbon avait assuré qu’ils ne seraient pas expulsés vers le Kosovo avant la fin de cette situation, alors que les billets étaient prêts ! Imaginez donc la colère des militant-e-s et de moi-même lorsqu’ils ont pris conscience de s’être fait aussi perfidement abusés.

 Comment un représentant de L’État de droit pourrait ainsi berner ses propres administrés ?

 Quant au terme  » pervers narcissique  » , il est tout droit issu du vocabulaire de la psychanalyse, il ne semble pas que le Dr Freud, enseigné dans les lycées et les facultés, ait été poursuivi en justice dans ce pays.

 Par ailleurs, la  » convocation en Justice  » (cf: art. 390-1 du code de procédure pénale) qui fait que je me trouve devant vous aujourd’hui fait mention d’une citation totalement étrangère au journal en ligne  » Le Libertaire Bisontin  » ; en effet,  » empêcher les pourris comme lui de dormir  » n’a jamais paru sur ce site, ainsi qu’a pu le constater l’officier de Police Judiciaire, ces propos sont tirés du blog  » Infos Libertaire  » qui les a repris du journal local «  Séditions  » dont je ne suis pas l’auteur.

 Conclusion

 Ce que j’ai prononcé n’est autre que de l’auto-défense. On me convoque en effet pour avoir exprimé des pensées que je ne suis pas le seul à partager, loin de là ! Je rappellerai seulement un illustre Bisontin en son temps :  » celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison « . Or voici que ce sont à des enfants qu’on a entravé les chemins de la Liberté. Pour eux je suis engagé, avec eux je suis engagé.

 Voilà, c’est ce que je dirai lors de mon procès, mercredi 7 juin à 13h30. Je vous invite à venir assister à l’audience pour me soutenir. N’hésitez pas à reproduire ce texte, à le diffuser autour de vous.

Solidarités avec les solidaires !

LA LUTTE CONTINUE !

Picardie : Le « clan du loup blanc » devant la justice

Tout à la fois nazillons et bras cassés, dix-huit personnes âgées de 22 à 53 ans comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel d’Amiens. Quatre jours de procès pour comprendre le fonctionnement du «White Wolf Klan», le «clan du loup blanc», qui, entre 2012 et 2014, a tenté d’imposer sa loi dans les environs de Ham, bourgade de 5 000 habitants située au croisement des départements de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise. Connu depuis des années pour être un nid à fachos, le coin est devenu la base arrière de Serge Ayoub, alias «Batskin», figure tutélaire de l’ultra-droite, qui comparaît également pour complicité de violences aggravées.

La longue enquête menée par les gendarmes débute en janvier 2013. Au fur et à mesure des interpellations et des gardes à vue, elle permettra de lever le voile sur de nombreuses agressions, dégradations et vols commis par le clan du loup blanc dans la région. Mais c’est un règlement de comptes entre deux groupuscules néo-nazis qui signe le point de départ des investigations.

La scène se déroule le 8 décembre 2012 à Estrées-Mons (Somme), dans le garage de Kevin P., membre du groupe Troisième voie, créé par Serge Ayoub. Cette soirée doit en théorie sceller une alliance avec une deuxième organisation, les Nationalistes autonomes (NA), dont fait partie Clément G. En réalité, il s’agit d’un traquenard. La faute à une altercation, quelques mois plus tôt, lorsque des NA auraient qualifié Ayoub de «sale juif».

Lire la suite

Besançon : Des enfants en bas âge, des bébés et leurs parents dorment dehors !

Besançon : Des enfants en bas âge, des bébés et leurs parents dorment dehors !

L’occupation de l’amphi…

N’attendant (pour ma part) plus rien de l’autorité préfectorale, qui s’est illustrée l’année dernière par ses nombreux mensonges, sa (pitoyable) tentative d’intimidation à mon égard et l’un-e de mes camarades en nous ayant placé en garde-à-vue, pour quelques mots plus hauts les uns que les autres dans un article que j’avais rédigé et qui n’a pas plu à Mr Setbon, le secrétaire du préfet. Bref, ils ont prouvé leur malhonnêteté.

Nous voudrions que la mairie applique ce droit qu’elle a, de réquisitionner des logements vacants pour y loger dignement ces familles, mais son prétexte est que c’est à la préfecture de gérer l’hébergement des demandeu-rs-ses d’asile. Ils n’auraient que quelques coups de fils à passer et tout le monde serait content, mais ils ne font rien. Des gosses dorment dehors ! Des bébés ! Des personnes malades !

Et quand par miracle ils obtiennent quelque chose, c’est quelques nuits à l’hôtel, sur nos impôts bien sûr, tout ça pour ne pas toucher à la sacro-sainte propriété privée !

Voici comment vivent certain-e-s personnes à Besançon en 2017…

C’est pourquoi hier soir, n’ayant aucune solution pour la vingtaine de personnes à la rue, dont une quinzaine d’enfants de moins de 10 ans et 4 bébés, des militant-e-s du collectif Sol-Mi-Ré (solidarité migrant-e-s et réfugié-e-s) de Besançon ont décidés collectivement de s’installer dans une salle de la faculté des Lettres. Ils ont installé des matelas dans l’amphithéâtre « Petit ». A l’heure où j’écris cet article, ils/elles y sont toujours et une grande chaîne de solidarité est en train de se mettre en place, ce qu’il faut souligner car ça fait plaisir.

Vous pouvez passer apporter votre soutien, du réconfort, des jeux pour enfants, mais aussi : nourriture, produits d’hygiène pour bébés et femmes…

Montrons à ces personnes qui ont tant souffert, que dans notre belle ville il y a aussi de la place pour elles/eux. Montrons leur que la solidarité existe et se traduit en acte ici, sous diverses formes…

LA LUTTE CONTINUE !

Plus d’infos dès que possible.

Communiqué des 19 militant-e-s bisontin-e-s contre la « LOI MASTER »

Nous, militant.e.s bisontin.e.s engagé.e.s contre la libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, arrêté.e.s et mis.e.s en garde à vue le 14/02/2017 suite au blocage du Conseil d’Administration de l’Université de Franche-Comté, souhaitons clarifier le sens de notre action et exprimer nos volontés pour la suite.
 
De situations sociales et de cultures politiques diverses, nous avons cependant fait le constat commun que la mise en application de la « Loi Master » en vue de la rentrée prochaine ne bénéficiait d’aucune information ni concertation auprès des différent.e.s membres de la communauté universitaire. Cette Loi Master, qui renforce la sélection à l’entrée en M1 et promeut l’exclusion sociale des étudiant.e.s, change fondamentalement l’accès aux formations universitaires pour le plus grand nombre. En effet, la sélection existe déjà pour le 2ème cycle : elle a lieu en dernière année de licence lorsqu’il s’agit d’obtenir son diplôme. Face à cette contradiction, nous estimons qu’un large débat public doit avoir lieu dans toutes les composantes avant toute mise en œuvre éventuelle (rappelons qu’elle n’est pas obligatoire). Or, le président de l’UFC Jacques Bahi a préféré réunir le CA de l’UFC dans la précipitation et – une fois de plus – décider de tout sans prendre en compte l’avis des personnes concernées.
 
Aux vues des mobilisations de novembre et de décembre (contre l’austérité qui frappe nos facultés) durant lesquelles Jacques Bahi n’avait pas hésité à empêcher l’accès au Conseil d’Administration, nous avons estimé qu’il était nécessaire d’imposer notre présence. C’est parce que Jacques Bahi ne tient compte ni des volontés d’une partie du CA (les syndicats principalement) ni de celles des usager.e.s (nous étions plus de 500 en Assemblée Générale en novembre) que nous avons fait le choix de ce blocage. Ainsi, plus qu’une remise en cause de la mise en application de la Loi Master, notre blocage consistait également à dénoncer le déni de démocratie que permettent les institutions universitaires, et dont la présidence de Jacques Bahi n’est qu’une illustration parmi d’autres. Qu’il s’agisse de la mutualisation des filières et des laboratoires au sein de la Communauté d’Universités et d’Établissements Bourgogne-Franche-Comté, des restrictions budgétaires, des gels de postes, des non-titularisations ou de la mauvaise qualité de nos cadres d’études, c’est chaque fois le même refrain avec Bahi et son équipe : « C’est nécessaire, vous n’y comprenez rien, vous êtes manipulé.e.s ». Cela ne peut plus durer.
 
La police n’est pas censée pénétrer dans les universités, un arrêté d’intervention avait été déposé la veille par la présidence. De là à penser que Jacques Bahi avait prémédité notre arrestation, il y a de quoi se poser la question. Notre présence n’avait rien de délictueuse, il est donc parfaitement intolérable que nous ayons été arrêté.e.s et gardé.e.s à vue, et que le personnel de la Maison de l’Université ait eu à subir les lubies autoritaristes de la présidence. De plus, nous avons été violenté.e.s par les forces de l’ordre durant notre interpellation malgré la nature pacifique de notre action, plusieurs d’entre nous ayant été gravement blessé.e.s. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que quelques membres du CA nous accusent de séquestration alors que nous n’avons jamais empêché qui que ce soit de sortir, plusieurs administrateurs et administratrices pouvant en témoigner. Nous voulions parler directement avec Jacques Bahi mais n’étant pas présent dans la salle du Conseil, il n’a jamais daigné venir nous rencontrer. Nous avons demandé à la vice-présidente Macha Woronoff-Lemsi de lever la séance mais elle s’y est refusée, c’est donc elle qui a retenu le CA et certainement pas nous.
 

Dans ce contexte, voici nos volontés pour la suite de la mobilisation :

–    Retrait de toutes les plaintes déposées à notre encontre auprès des services de justice ;
–    Aucune sanction disciplinaire pour les étudiant.e.s concerné.e.s ;
–    Diffusion d’excuses publiques et d’un démenti au sujet de la séquestration sur toutes les listes-mails de l’UBFC ;
–    Organisation de débats publics sur la mise en application de la Loi Master par toutes les facultés de l’UBFC ;
–    Assemblées générales dans chaque composante avant chaque conseil d’administration et chaque conseil de gestion pour débattre collectivement des points mis à leurs ordres du jour ;
–    Manifestations contre tous les Conseils d’Administration à venir jusqu’à ce que Jacques Bahi soit révoqué de ses fonctions.
 
Espérant pouvoir compter sur quiconque est opposé à la libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, c’est sur la base de ces volontés que nous appelons à être soutenu.e.s. Pour un savoir libre, accessible et non-marchand.
 
Les 19 militant.es auteur.es du blocage du CA de l’UFC le 14/02/2017